Retour

Les derniers évacués de Kashechewan rentrent chez eux au bout de trois ans

Près de 40 membres de la communauté autochtone de Kashechewan dans le nord de l'Ontario, appartenant à huit familles différentes, doivent revenir chez eux par avion, samedi et dimanche, sur quatre vols différents.

Un texte de Francis Bouchard

Ces personnes prendront possession de nouvelles maisons aménagées pour eux à Kashechewan, comme environ 500 autres évacués à long terme de cette communauté l’ont déjà fait depuis qu’ils ont commencé à être rapatriés de Kapuskasing, en novembre dernier.

Ces nouvelles maisons remplacent celles qui ont été démolies en raison de la moisissure causée par des inondations dans la communauté située au bord de la Baie James.

Annabella Wesley sera l'une des dernières à revenir à Kashechewan. Elle et son mari John vont emménager, avec leurs petits-enfants, dans une nouvelle maison de six chambres à coucher. Mme Wesley affirme avoir des sentiments partagés.

Elle précise aussi que les magasins de Kapuskasing vont lui manquer, car elle pouvait se procurer des produits à des prix beaucoup plus abordables que dans sa communauté.

La coordonnatrice des services aux évacués de la ville de Kapuskasing, Guylaine Ouellette, dit avoir aussi créé des amitiés.

Au cours des derniers jours, les membres des huit familles qui retournent à Kashechewan ont quitté les maisons et appartements qu’ils occupaient pour loger dans un hôtel.

Leurs effets personnels, comme des meubles, ont été acheminés à Kashechewan sur d’autres vols.

En plus de subvenir aux besoins des évacués, les coordonnateurs en évacuation de la Ville leur ont aussi permis de participer à différentes activités lors de leur séjour à Kapuskasing.

Un centre de rencontre des évacués était mis à leur disposition au centre-ville.

Un passage à Kapuskasing marquant

Certains des évacués ont récemment complété une formation de huit semaines en élevage de bovins. Le programme a été développé par le campus local du Collège Boréal, avec l’aide d’autres partenaires.

Adamina Metatawabin, était une des évacuées à long terme de Kashechewan. Elle est retournée dans sa communauté avec sa mère en février dernier. Mais, en avril, elle est revenue vivre à Kapuskasing.

La jeune femme de 29 ans veut terminer ses études secondaires et prévoit de se lancer dans des études postsecondaires par la suite.

Son fils, qui aura bientôt dix ans, et sa fille de huit ans, doivent arriver à Kapuskasing en fin de semaine sur un vol de retour en provenance de Kashechewan.

Les deux iront à l’école à Kapuskasing à partir de septembre.

Plus d'articles

Commentaires