Les eaux du fleuve Saint-Jean qui inondent plusieurs collectivités au Nouveau-Brunswick baissent peu à peu, mais la province n'est pas à la veille du retour à la normale.

À Saint-Jean, les eaux ont atteint un sommet de 7,75 mètres, lundi, à la marée haute, selon les données hydrométriques du gouvernement fédéral. Elles ont atteint environ 7,65 mètres à la marée haute mardi matin. Le point d'inondation est à 4,2 mètres.

À Fredericton, lundi, les eaux atteignaient un peu plus de 8,10 mètres. Elles s’élevaient à environ 7,55 mètres mardi midi. Le point d'inondation pour cette ville se situe à 6,5 mètres.

Suivez l'évolution de la situation avec les messages Twitter de nos journalistes :

De grands territoires restent cependant inondés.

Les prévisions météorologiques d’ici vendredi suscitent l’espoir d’une baisse des eaux d’un mètre de Fredericton à Saint-Jean. Mais le niveau du bas du fleuve Saint-Jean risque de rester au-dessus du point d'inondation jusqu'en fin de semaine, estiment les autorités. La région compte notamment les collectivités de Maugerville, Sheffield, Jemseg et Grand Lake.

La province est encore loin du retour à la normale, selon Robert Duguay, directeur des communications au ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Et après le retrait des eaux, il faudra nettoyer les lieux sinistrés, inspecter les infrastructures et réparer les dégâts.

« Ce sera un nouveau chapitre qui va s’ouvrir. C’est tout le travail, ce qu’on appelle la phase de rétablissement pour les résidents, les communautés [sinistrées], les infrastructures », affirme Robert Duguay.

Entre-temps, la Croix-Rouge mène une campagne afin de recueillir des dons pour aider les sinistrés. Elle précise, mardi matin, que 1275 personnes qui ont évacué leur demeure à cause des inondations se sont inscrites auprès d’elle.

Ce n’est qu’une partie des personnes évacuées, selon Greg MacCallum, directeur de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick (OMU). Il estime que leur nombre se situe en fait entre 2000 et 3000.

Attendez la réouverture officielle des routes

Les inondations ont aussi entraîné la fermeture de plus d’une centaine de routes dans la province, y compris la Transcanadienne entre Fredericton et Moncton. Cette dernière est toujours fermée mardi.

Les autorités recommandent aux automobilistes de respecter la fermeture temporaire des routes même si les eaux baissent.

« Il peut y avoir encore des routes endommagées. Il faut continuer à respecter les barricades même si ça semble être très peu d’eau. Il peut y avoir des affaissements en dessous », explique Robert Duguay.

L’OMU demande aussi aux gens évacués de ne pas rentrer chez eux avant une confirmation que tout danger est écarté. Aucun échéancier n'est encore établi pour cela.

Des eaux contaminées

Les autorités rappellent aux sinistrés que la crue des eaux a pu entraîner un refoulement d'égout dans les résidences et les entreprises. L'eau des inondations elle-même peut aussi être très contaminée par les égouts, ce qui peut entraîner des risques pour la santé de ceux qui entrent en contact avec elle.

« Pendant et après une inondation, il est essentiel que les résidents touchés prennent les précautions nécessaires pour réduire les risques potentiels pour leur santé et celle de leur famille », affirme la médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell.

La Santé publique recommande aux gens qui ont connu un refoulement d'égout chez eux de porter des bottes des caoutchouc et des gants imperméables durant le nettoyage. Ils doivent aussi se laver les mains à l'eau chaude et au savon après avoir enlevé les gants.

En ce qui concerne les propriétaires de puits privés, la Santé publique leur rappelle que leur source a pu être contaminée et qu'ils ne doivent pas boire leur eau tant que la tête de leur puits est inondée. Après la baisse des eaux, le puits devra être désinfecté et l'eau du puits devra être analysée pour s'assurer de sa salubrité.

Les sources privées d'eau peuvent également être contaminées par du mazout, de l'essence ou des produits chimiques utilisée en agriculture.

Le gouvernement provincial offre aux propriétaires touchés par les inondations d'effectuer une analyse gratuite de l'eau de leur puits.

Plus d'articles