Retour

Les efforts s'intensifient à Cornwall pour accueillir les migrants

À Cornwall, dans l'Est ontarien, les préparatifs pour accueillir jusqu'à 1000 demandeurs d'asile au Centre Nav et dans un camp monté par les Forces armées canadiennes s'intensifient.

Plus de 245 demandeurs d’asile sont déjà arrivés et l’administration municipale tente de coordonner tous les services qui leur sont offerts. Le conseil municipal de Cornwall se réunira donc d'urgence lundi soir pour faire le point.

« Les gens demandent pour des écoles, des églises, des messes, des choses pour les enfants. On essaie de voir ce que la municipalité peut récolter comme information », a expliqué la conseillère municipale et mairesse suppléante Bernadette Clément.

Des services sociaux, juridiques et de santé doivent être prodigués par des organismes régionaux et municipaux. Les conseils scolaires se réunissent aussi déjà pour établir un plan d’action.

La municipalité doit par ailleurs garder sa population locale informée.

« Dans la communauté, beaucoup de gens envoient des messages pour essayer de savoir comment ils peuvent aider les gens qui viennent d’arriver », a indiqué Mme Clément.

Beaucoup de francophones

Selon la mairesse suppléante, une grande partie des migrants qui sont arrivés parlent français.

« Tout le monde m’a approché en français. J’ai fait des contacts avec le Réseau de soutien à l’immigration francophone de l’est de l’Ontario. Ils vont être sur place [dimanche] pour essayer de coordonner les services et pour voir si à la longue, des gens vont vouloir rester dans l’est de l’Ontario », a-t-elle souligné.

Des représentantes de l'Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) de Stormont, Dundas et Glengarry se sont réjouies de cet afflux de francophones.

Les migrants qui sont arrivés vendredi ont déjà été rencontrés et évalués par l'Agence des services frontaliers.

Samedi, une centaine de militaires avaient terminé de monter derrière le Centre Nav une cinquantaine de tentes, pour lesquelles ils devront fournir de l’électricité, du chauffage, de l’eau et des installations sanitaires. Une dizaine de personnes pourront prendre place dans chaque tente.

Selon Karyn Mazurek, porte-parole des Forces armées canadiennes, le camp pourrait commencer à accueillir des migrants dans quelques jours.

Avec les informations de Jean-Sébastien Marier

Plus d'articles

Commentaires