Au terme d'une campagne électorale de 78 jours, c'est au tour des Canadiens de trancher. D'un bout à l'autre du pays, tout au long de la journée, les électeurs ont fait la file pour exercer leur droit de vote dans l'un des 65 000 bureaux de vote. Sur les médias sociaux, plusieurs ont signalé des irrégularités à leur bureau de scrutin, particulièrement en matinée. Élections Canada assure toutefois que tout est maintenant rentré dans l'ordre.

Les bureaux de scrutin sont maintenant fermés partout au pays. Selon Élections Canada, aucun incident majeur n'a été signalé dans le déroulement du vote.

Un porte-parole d'Élections Canada, Pierre Pilon, affirme également qu'aucun retard n'a été observé en ce qui a trait à l'ouverture des bureaux de scrutin, bien que les réseaux sociaux aient rapporté les propos de nombreux électeurs exaspérés d'avoir dû attendre.

Sur la Rive-Nord de Montréal, un bureau de vote ne disposait pas du matériel nécessaire en matinée.

« Ils n'avaient pas les boîtes de votes, s'est plaint un citoyen rencontré sur place. Ils n'étaient pas capables de nous dire quand ils les auraient. Je vais être obligé d'y retourner pour exercer mon droit de vote. Ils avaient le temps de se préparer, plus de 60 jours, ce n'est pas une surprise! »

D'autres citoyens ont eu la mauvaise surprise de voir leur nom déjà rayé. « Je suis frustrée, quelqu'un qui a voté à ma place », a dénoncé une dame. Élections Canada explique que ce n'est pas nécessairement le cas et qu'il y a parfois des erreurs d'impression.

Les électeurs dont le nom a déjà été rayé peuvent tout de même voter, en prêtant serment.

Dans la communauté autochtone Obijwé d'Onagaming, dans la circonscription de Kenora en Ontario, l'enthousiasme des électeurs a pris Élections Canada de court. On y a manqué de bulletins de vote et de nouveaux bulletins ont dû y être livrés. 

Autres retards

Au Manitoba, un bureau situé au centre Duckworth de l'Université de Winnipeg a ouvert avec plus d'une heure de retard à cause d'un manque de personnel.

Des bulletins mal imprimés, et donc impossibles à utiliser, auraient entre autres retardé le vote dans certains endroits. D'autres électeurs se sont aussi plaints de l'ignorance, par certains employés électoraux, des nouvelles règles concernant les pièces d'identité nécessaires pour voter.

« J'ai eu vent de quelques petites anicroches, si on veut. Par exemple, des urnes qui étaient manquantes, des bulletins de vote qui n'étaient pas arrivés au bon endroit au bon moment », a concédé une porte-parole d'Élections Canada, Francine Bastien, dans une entrevue accordée à ICI RDI lundi avant-midi.

Par ailleurs, des manifestations d'employés de Postes Canada et d'agriculteurs, respectivement dans la région de Québec et du Lac-Saint-Jean, ont pu « incommoder » légèrement le déroulement du vote, a mentionné Pierre Pilon.

Le site d'Élections Canada, qui permet aux électeurs de trouver de l'information utile à l'exercice de leur droit de vote, a par ailleurs été inaccessible pendant de longues minutes en début de journée. Francine Bastien soutient que l'organisme fédéral a été « victime de [sa] popularité ».

Pas de problème à voter masqué

La porte-parole d'Élections Canada estime par ailleurs que les électeurs devraient pouvoir voter « pas mal plus vite » que lors des années passées en raison de la nouvelle procédure en vigueur (voir encadré ci-bas). Selon elle, les électeurs dont la ou les pièces d'identité requises sont prêtes mettront de « 10 à 15 minutes » pour voter.

Mme Bastien ajoute que le personnel est en outre formé pour recevoir les électeurs qui se présenteraient masqués afin de contester le fait que cette possibilité soit autorisée; ces derniers doivent signer une déclaration solennelle et présenter deux pièces d'identité.

Selon elle, ce phénomène n'est « pas un facteur » qui aura une influence sur la durée du vote.

Au total, 25,6 millions d'électeurs sont inscrits sur la liste électorale et peuvent se prononcer sur le choix du prochain gouvernement. De ce nombre, toutefois, il faut retrancher les 3,6 millions d'entre eux qui ont voté par anticipation. Ce nombre record représente une hausse de 71 % par rapport à l'élection fédérale de 2011.

Les heures d'ouverture des bureaux de vote varient d'une province à l'autre. Élections Canada veut ainsi que la majorité des résultats soient connus à peu près en même temps, malgré les quatre heures et demie de décalage horaire qui séparent Terre-Neuve-et-Labrador et la Colombie-Britannique.

Pour la première fois, Élections Canada a décidé de lever l'interdiction de publication hâtive pour les médias (le black-out), étant donné qu'avec les médias sociaux, les résultats sont désormais publiés en temps réel par des citoyens. Des résultats de l'est du Canada pourront donc être divulgués avant la fermeture des bureaux de vote dans l'ouest.

Les Canadiens ont droit à trois heures consécutives pour aller voter, à défaut de quoi leur employeur s'expose à une amende.

Les chefs votent

Après plus de deux mois passés à parcourir le pays d'un océan à l'autre (le chef du Bloc, lui, se limitant au Québec), les chefs ont voté en avant-midi, à l'exception du chef du NPD, Thomas Mulcair, qui avait voté par anticipation.

Le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, s'est ainsi présenté ce matin avec sa femme, Laureen, dans la nouvelle circonscription de Calgary Heritage pour voter. « C'est un beau ciel bleu. C'est comme ça que je me sens », a déclaré M. Harper alors qu'il faisait son entrée au bureau de vote.

Les chefs des trois autres principaux partis sont à Montréal.

Accompagné de son épouse, Sophie Grégoire, et de leurs trois enfants, le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, est allé voter dans sa circonscription de Papineau, qu'il représente depuis 2008 à la Chambre des communes.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, et son épouse, Yolande, ont quant à eux exercé leur droit de vote à Habitat 67, à la Cité du Havre. M. Duceppe a affirmé qu'il ne tenait « rien pour acquis », même s'il dit ne pas regretter sa décision d'être revenu en politique. « J'ai pris la décision d'y aller et j'ai senti, dès le départ, qu'il y avait un accueil », a-t-il lancé.

Ayant déjà voté, le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, a quant à lui profité de son temps libre ce matin pour encourager dans sa circonscription d'Outremont des bénévoles du NPD, qui passeront la journée à frapper aux portes et à faire des appels pour inciter les électeurs à se présenter aux bureaux de vote. Après leur avoir prodigué ses bons mots, M. Mulcair s'est assis quelques minutes avec eux pour leur donner un coup de main.

De son côté, la chef du Parti vert, Elizabeth May, passe la journée dans la circonscription de Saanich-Gulf Islands, en Colombie-Britannique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine