Retour

Les employés de l'ambassade américaine à Cuba souffrent d'anomalies du cerveau

Les médecins qui traitent les employés de l'ambassade américaine à Cuba, victimes de plusieurs malaises physiques depuis un an, dont des problèmes d'audition et de mémoire, affirment qu'ils ont découvert des anomalies du cerveau chez leurs patients.

Selon les autorités, 22 membres du personnel diplomatique américain à Cuba ont connu des pertes d'audition, des vertiges, des maux de tête ou des problèmes cognitifs, d'équilibre ou de sommeil depuis l’automne 2016.

Elles affirment maintenant que des tests médicaux ont permis d’observer un changement de la substance blanche du cerveau des personnes atteintes. La substance blanche assure la bonne circulation des informations dans le système nerveux.

Les autorités américaines ignorent toutefois toujours ce qui aurait pu causer ce changement, bien que le secrétaire d’État Rex Tillerson ait affirmé mercredi que son pays était convaincu que ces anomalies étaient le produit d’« attaques ciblées ».

Après que différents malaises aient commencé à se faire sentir chez les diplomates, on avait d’abord conclu que ces derniers avaient subi les effets d'une arme acoustique dont les fréquences étaient hors de la portée de l'oreille humaine et qui aurait été déployée à l'intérieur ou à l'extérieur de leur résidence, une théorie maintenant mise en doute.

Quant aux autorités cubaines, elles affirment que les États-Unis ne leur fournissent pas suffisamment d’informations pour qu’elles puissent enquêter de leur côté.

Expulsions et rapatriements

Washington s’est abstenu pour le moment de mettre la responsabilité des attaques sur le dos des autorités cubaines. Des officiels américains ont précisé qu'ils ne croyaient pas que Cuba était directement responsable ou complice, mais qu'ils pensaient plutôt que le pays avait échoué à empêcher ce qui arrive aux diplomates américains.

Et après avoir demandé à deux diplomates cubains de quitter leur territoire en mai dernier, afin de protester contre l’incapacité de La Havane de protéger ses ressortissants, les États-Unis ont ordonné l'expulsion de 15 diplomates cubains au début d'octobre.

Quelques jours avant, les Américains avaient décidé de rappeler près de 60 % du personnel américain de son ambassade et toutes les familles des employés, en plus de cesser de délivrer des visas pour une période indéterminée.

Des employés de l’ambassade canadienne à Cuba ont aussi signalé des problèmes de perte d'audition. Le Canada a cependant décidé de laisser tout son personnel en place.

Plus d'articles

Commentaires