Retour

Les enfants Trump veilleront sur la transition... et sur les affaires de leur père

À Manhattan, où il a son bureau et sa résidence, le président désigné Donald Trump a nommé son équipe de transition, incluant trois de ses enfants, Donald Jr, Ivanka, Eric et son beau-fils Jared Kushner.

L'organisation Trump a aussi annoncé que le contrôle de la gestion des affaires du futur président sera transféré à ces trois enfants et à une équipe de cadres.

Or, bien que la loi fédérale sur les conflits d'intérêts ne s'applique pas au président, la plupart des locataires de la Maison-Blanche ont volontairement placé leur
patrimoine dans une fiducie sans droit de regard, pour éviter ce genre de conflit.

Autre surprise, le comité de transition sera dirigé par le vice-président désigné, Mike Pence, plutôt qu'à Chris Christie, le sénateur du New Jersey.

Ce dernier fera tout de même partie de l'équipe, aux côtés de l'ancien maire de New York, Rudy Giuliani, de l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich et du sénateur Jeff Sessions. Le directeur général de la campagne Trump, Steve Bannon, et le président du parti républicain, Reince Priebus, sont aussi sur la liste.

Des observateurs ont souligné que plusieurs de ces personnes font partie de l'establishment tant décrié par le candidat pendant la campagne.

Des nuances sur l'Obamacare

Par ailleurs, au lendemain de sa rencontre avec Barack Obama dans le bureau ovale, Donald Trump a expliqué au Wall Street Journal (WSJ) que le président lui avait suggéré de conserver des éléments de l'« Obamacare ». « Je lui ai dit que j'étudierais ses suggestions et, par respect, je le ferai », a déclaré M. Trump au quotidien.

La loi « Obamacare sera soit amendée, soit abrogée, soit remplacée », a-t-il ajouté.

Pendant la campagne, Donald Trump, a vanté l'importance de proposer un plan de santé alternatif au système mis en place par le président Obama. 

Sur son site de campagne, le 1er novembre dernier, il a indiqué qu'un congrès républicain élu abrogerait et remplacerait immédiatement le programme d'assurance maladie Obamacare. Il l'a qualifié de « catastrophe », en dénonçant des hausses de primes partout au pays. 

Par ailleurs, le milliardaire n'a pas écarté la possibilité de demander conseil à l'ex-président Bill Clinton, après avoir reçu un appel « très aimable » de l'époux de sa rivale démocrate, selon des extraits d'un entretien à CBS diffusé vendredi.

Donald Trump s'est aussi entretenu vendredi au téléphone avec le président français, François Hollande. Les deux hommes ont « évoqué les sujets communs sur lesquels ils sont convenus de travailler pour clarifier les positions : la lutte contre le terrorisme, l'Ukraine, la Syrie, l'Irak et l'accord de Paris » sur le climat (COP21), a précisé l'entourage du président français.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?