Retour

Les enfants victimes d'abus et de trafic à la suite du séisme au Népal

2e de 4 - Démunis, souvent seuls, les enfants sont devenus les grandes victimes du séisme survenu il y a un an au Népal. Abus sexuels, violences, trafic d'organes... la liste des sévices est longue, selon plusieurs ONG sur le terrain.

Yavn Côté

  Un texte d'Yvan Côté

Un million d'enfants sont « en situation de détresse », prétend l'UNICEF, dont Grisma*, qui vient tout juste d'avoir 18 ans.

« Ma maison s'est complètement effondrée le jour du tremblement de terre, raconte la jeune fille. J'ai été ensevelie sous les briques et la boue. Heureusement, j'ai survécu, mais ma famille a tout perdu. »

En fait, la vie de Grisma s'est transformée en véritable cauchemar à la suite du séisme. Sans ressources, sa mère, qui s'occupe seule d'elle, arrive à peine à la nourrir et l'eau potable manque dans son village. Le type de détresse qui profite aux pédophiles et aux trafiquants d'humains après une catastrophe.

La situation est tellement préoccupante au Népal depuis le séisme que l'UNICEF a mis en place une centaine de barrages routiers aux frontières avec la Chine et l'Inde. Au cours des 12 derniers mois, les autorités ont intercepté plus de 1000 jeunes et leurs mères.

Grisma, elle, s'est tout simplement rendue dans le village voisin pour traiter ses blessures. Un homme a alors commencé à la séduire.

« Un soir, il a commencé à me toucher, dit-elle à voix basse. Je l'ai repoussé, mais il a mis sa main sur ma bouche et il m'a dit qu'il me tuerait si je ne l'épousais pas. Puis, il m'a violée. »

Photo : Radio-Canada/Yvan Côté. Grisma n'avait que 17 ans lorsqu'elle a été violée. Aujourd'hui, elle porte le bébé de son agresseur.

Un mois plus tard, l'adolescente apprenait qu'elle était enceinte. Honteuse et convaincue que plus aucun homme ne voudra d'elle, elle est retournée voir l'homme pour qu'il l'épouse. Depuis, ils vivent ensemble. Mais son nouveau conjoint la bat, menace de l'abandonner et a une autre copine.

Abus sexuels, violences, trafic d'organes, la liste des sévices est longue, relate Jean-Jacques Simon. Le cas le plus récent a été mis au jour par une équipe d'enquête du quotidien anglais The Sun. Les journalistes ont découvert que des familles en Angleterre achetaient des garçons et des filles du Népal pour moins de 10 000 $ CA pour effectuer des travaux domestiques à leur domicile. Certains de ces jeunes avaient à peine 10 ans.

Une situation horrible que l'UNICEF décrit, mais qui est loin de préoccuper les autorités dans le pays, qui sont occupées à temps plein à reconstruire les centaines de milliers de maisons et d'édifices détruits.

Ce qui sauve Grisma pour le moment, c'est un groupe d'entraide mis sur pied par l'ONG Plan Internationale dans les montagnes de l'Himalaya où elle habite. Les adolescentes y discutent de contraception, de violence conjugale et des défis à surmonter à la suite d'une catastrophe naturelle.

Cette sortie est devenue le seul exutoire de Grisma ces jours-ci. Un type de thérapie loin de son conjoint violent. Malheureusement, ces sessions ne peuvent rien pour assurer une vie meilleure à son enfant. En fait, tout ce dont elle a besoin, c'est de stabilité et d'un pays qui reconstruit, disent les ONG. Deux éléments qui ne seront pas au rendez-vous lorsque son bébé arrivera dans un mois.

* nom fictif

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine