Retour

Les entrepreneurs mexicains inquiets de l'élection de Donald Trump

L'élection de Donald Trump à la présidence américaine continue de soulever de vives inquiétudes au Mexique. Le peso a perdu 12 % de sa valeur depuis mardi et le milieu des affaires craint l'imposition de mesures protectionnistes qui entraîneraient des milliers de mises à pied.

Un texte de Philippe Leblanc

Dans sa petite usine de fabrication de produits en plastique de Mexico, José Cappon Flores se promène avec une règle dans les mains pour mesurer les moules. Il contrôle la qualité des produits dans cette PME, Ony Manufacturing, qui emploie une trentaine de personnes depuis plus de 30 ans. Depuis mercredi, il surveille aussi de près l'évolution des marchés.

« Nous vendons nos produits en pesos, mais nous devons payer à l'avance les matières premières [la résine pour fabriquer le plastique] en dollars américains, explique-t-il. Nous sommes perdants au change. Avec le peso qui chute et qui est à son plus bas niveau en 22 ans, nous sommes sous pression. »

Comme bon nombre de gens d'affaires mexicains, il a peur d'une récession dévastatrice comme celle de 1994. José Cappon Flores avait dû alors mettre à pied 150 des 200 employés. L'entreprise ne s'en est jamais remise.

Selon José, Ony Manufacturing ne survit que parce qu'elle compte parmi ses clients des géants stables comme Ford et Revlon.

Craintes de l'imposition de mesures protectionnistes

Une autre sorte d'inquiétude subsiste dans le parc industriel du nord de Mexico. À l'usine de la compagnie Ernesto Ibarra Y Cia, où l'on prépare et emballe des épices et aliments mexicains, l'élection de Donald Trump force la direction à revoir sa stratégie d'expansion vers les États-Unis.

« Ça aurait un impact dévastateur, affirme le pdg Mauricio Camhi en parlant de la menace d'imposition de droits de douane de 35 % ou plus sur les produits mexicains - une promesse électorale de Donald Trump. Ça rendrait nos produits non concurrentiels dans le marché américain. »

Ses craintes sont partagées dans un pays où 80 % des exportations se dirigent au nord de la frontière.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Mauricio Camhi se donne du temps avant de décider s'il poursuivra son expansion vers les États-Unis, mais il risque de devoir concentrer ses efforts sur le marché mexicain.

José Cappon Flores, lui, nous invite à venir voir dans six mois les répercussions de l'élection de Donald Trump sur son entreprise.

« Je serai peut-être devenu vendeur de tacos dans la rue, blague-t-il pour essayer de cacher son inquiétude. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?