Retour

Les États-Unis devraient dédommager les descendants d'esclaves, selon un comité de l'ONU

Un groupe d'étude de l'ONU estime que les descendants d'esclaves américains devraient être dédommagés par les États-Unis.

C'est la conclusion à laquelle en arrive le Groupe de travail d'experts de l'ONU sur la population d'ascendance africaine, qui relève du haut-commissaire aux droits de l'homme.

Dans leur rapport déposé lundi à Genève, ces experts estiment que les États-Unis doivent se pencher sur l'héritage douloureux « de l'histoire coloniale, de l'esclavage, de la subordination et de la ségrégation raciales, du terrorisme racial et des inégalités raciales ».

Le groupe évoque le fait que des milliers de Noirs d'ascendance africaine ont été tués dans des actes de violences publiques liées au contrôle racial et à la domination, mais que les auteurs de ces crimes n'ont jamais été jugés pour leurs actes.

« Il n'y a pas eu de réel engagement pour dédommager et apporter la vérité et la réconciliation aux descendants des Africains », disent ces experts qui ont mené leur mission aux États-Unis en janvier dernier.

Le président du groupe de travail, Ricardo A. Sunga, a présenté plusieurs formes de réparations, notamment « des éléments d'excuses » ou une forme d'« allègement de dette » pour les descendants d'esclaves.

Le groupe souligne le fait que les Noirs américains traversent une crise des droits de la personne, exacerbée par la multiplication des cas de Noirs abattus par les forces de l'ordre sans que leur autorité soit remise en cause.

Le rapport de l'ONUReport of the Working Group of Experts on People of African Descent on its mission to the United States of America

Plus d'articles

Commentaires