Retour

Les États-Unis lancent leur propre enquête sur la mort de baleines

Les autorités américaines ouvrent une enquête sur la mort récente de plusieurs baleines noires de l'Atlantique Nord, une espèce menacée d'extinction.

Des représentants de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine l’ont annoncé en conférence de presse, vendredi midi.

Au moins 13 baleines ont été trouvées mortes cette année au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre et du Canada, dont 10 dans le golfe du Saint-Laurent. La moyenne est normalement de 3,8 morts par année dans l’ensemble des eaux américaines et canadiennes.

La NOAA déclare qu’il s’agit d’un taux de mortalité inhabituel, ce qui entraîne l’ouverture immédiate d’une enquête en vertu de la loi américaine sur la protection des mammifères marins. Cela permet aussi de consacrer plus de ressources à l’enquête.

La NOAA entend travailler avec le Canada et d'autres experts pour analyser les informations recueillies au sujet de la mort des 13 baleines, affirme David Gouveia, chef du programme de surveillance des espèces protégées à la NOAA. Cette dernière présentera ensuite des recommandations.

Le ministère des Pêches et des Océans a dirigé l’autopsie de plusieurs carcasses de baleine cet été. Plusieurs experts d'autres organismes ont participé à ces opérations.

Les chercheurs soupçonnent principalement l’empêtrement de baleines dans des filets de pêche et des collisions avec des navires comme causes de leur mort prématurée, mais ils se penchent aussi sur d’autres facteurs possibles.

Les conclusions des analyses effectuées à la suite des autopsies seront présentées vers la mi-septembre, indique Matthew Hardy, du ministère des Pêches et des Océans.

Les autorités canadiennes imposent une limite de vitesse réduite aux navires circulant dans le secteur du golfe du Saint-Laurent où se trouvent les baleines pour réduire les risques de collisions mortelles. Cette mesure est vigueur jusqu’à ce que les baleines quittent le secteur.

Les États-Unis imposent la même mesure au besoin dans les secteurs où se rassemblent les baleines. Ils interdisent aussi la pêche dans ces secteurs pour réduire les risques d'empêtrement.

Il n’existe qu’environ 500 baleines noires de l’Atlantique Nord dans le monde, estime Pêches et Océans Canada. L’espèce est protégée par les lois canadiennes et américaines.

Plus d'articles

Commentaires