Retour

Les États-Unis ne cherchent pas à renverser le régime nord-coréen, dit Tillerson

Loin de forcer une « réunification accélérée des deux Corées », les États-Unis espèrent pouvoir dialoguer avec la Corée du Nord à condition qu'elle renonce à son programme nucléaire, a déclaré mardi le secrétaire d'État américain Rex Tillerson.

« Nous ne sommes pas à la recherche d'un changement de régime, nous ne sommes pas à la recherche d'un effondrement du régime », a-t-il assuré lors du bilan diplomatique des six premiers mois du département d'État, à Washington.

« Nous ne sommes pas votre ennemi, nous ne sommes pas votre menace, mais vous représentez une menace inacceptable pour nous, et nous devons y répondre », a poursuivi Rex Tillerson.

La porte demeure toutefois ouverte pour un dialogue avec Pyongyang.

La menace nord-coréenne « s’est matérialisée » ces derniers mois, selon lui. En juillet seulement, le régime de Kim Jong-un a tiré deux missiles balistiques intercontinentaux pouvant être équipés d’ogive nucléaire.

Les États-Unis tentent de mettre « une pression pacifique sur la Corée du Nord », explique Rex Tillerson, tout en admettant avoir « un nombre limité d’options ».

Il exhorte une fois de plus la Chine à « utiliser son influence sur la Corée du Nord pour créer les conditions d'un dialogue productif ». Le président Trump a dénoncé quelques jours plus tôt l'inaction de Pékin après qu'un missile intercontinental nord-coréen se soit abîmé dans la mer du Japon.

« Il pourrait y avoir une guerre entre les États-Unis et la Corée du Nord si elle tente encore de frapper l’Amérique » avec des missiles équipés d’ogives nucléaires, a dit mardi le sénateur républicain Lindsey Graham, en rapportant les propos du président américain à la chaîne NBC.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine