Retour

Les expatriés américains vont-ils être plus nombreux à voter cette année?

Trop compliqué, le processus que doivent suivre les expatriés américains pour participer aux élections est aussi trop lent pour certains. Seulement 5 % d'entre eux ont voté lors de la dernière élection présidentielle en 2012, mais le gouvernement américain s'attend à une participation plus importante le 8 novembre prochain.

Un texte de Sophie Hautcoeur

Le Canada est le pays qui accueille le plus grand nombre d'expatriés américains en âge de voter. Ils sont plus de 660 000 au pays, dont plus de 180 000 à Vancouver et près de 80 000 à Toronto, selon le Federal voting assistance program (FVAP), un organisme qui dépend du département de la Défense américain et qui fournit à ses militaires et citoyens établis à l'étranger les moyens de voter.

Lors de la dernière élection présidentielle, en 2012, seulement 5 % des 2,6 millions électeurs américains qui vivent à l'étranger ont voté. Ce taux de participation est même passé à 4 % lors des élections de mi-mandat en 2014.

Alors que la campagne est, cette année, plus polarisée et plus médiatisée sur la scène internationale, le FVAP croit que la participation sera plus élevée.

« Alors que nous pouvons nous attendre à voir une augmentation de la participation en général lors de l'élection présidentielle de 2016, nous devons savoir si le taux de 2014 est dû au fait que les gens ne savent pas comment voter par correspondance ou s'il y a d'autres facteurs », a affirmé le directeur du FVAP, Matt Boehmer, dans un communiqué.

Steven Stroupes a quitté le Tennessee en 2013 pour s'établir à Toronto. Il s'agit de sa première élection américaine en sol canadien, mais il n'aura pas la possibilité de choisir son prochain président.

Steven Stroupes n'a pas pu respecter l'échéancier. « Au moment où j'ai trouvé le bon endroit pour obtenir un bulletin de vote par correspondance, c'était le dernier jour pour pouvoir le faire », explique-t-il.

Pour Kandace Keitlhey, une autre expatriée américaine en sol canadien, c'est le sentiment d'impuissance qui les pousse à bouder le scrutin.

Dans un sondage réalisé fin 2015 par le FVAP auprès de 8078 expatriés américains, ceux qui se sont abstenus lors de l'élection de mi-mandat en 2014 expliquent avoir notamment eu des problèmes avec le processus (30 %), s'être sentis déconnectés de leur communauté (23 %) et de ne pas avoir eu de préférence parmi les candidats (12 %).

 Avec la collaboration de Mathieu Simard

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles