Qu'ont en commun Paul Piché, JiCi Lauzon, Édith Butler, Martin Petit et Nabila Ben Youssef? Les cinq artistes ont tous été ajoutés à leur insu au groupe secret du mouvement ultranationaliste La Meute sur Facebook. Une situation qui pourrait bien être celle de nombreux Québécois.

Un texte de Maxime Corneau

La Meute se targue depuis des mois d’être le groupe identitaire qui mobilise le plus grand nombre de membres sur le réseau social.

Sa page secrète sur Facebook rassemble plus de 44 000 personnes.

Ce nombre a vraisemblablement été gonflé par une campagne de recrutement sur les réseaux sociaux orchestrée par des membres appelés les portiers de La Meute.

Véronique, un nom fictif, a été portière de la page avant de cesser son implication au sein du groupe.

Le mécanisme était simple, raconte-t-elle. Les membres du groupe étaient encouragés à ajouter massivement leurs propres amis au groupe Facebook. Ces ajouts étaient ensuite confirmés par les portiers.

« La philosophie, c’était qu’on accepte tout le monde si le profil passe », explique Véronique. La vérification permettait de s'assurer que la personne ajoutée n’affichait pas de propos violents, xénophobes ou racistes sur sa page personnelle.

L'ancienne portière soutient que le chiffre de 44 000 membres sur la page Facebook de La Meute n'est pas représentatif du nombre réel de supporteurs.

Une « meute » de faux amis

Lors de nos recherches au sein du groupe secret La Meute, il a été possible d’identifier, en date du 10 septembre, des dizaines de membres des médias et des personnalités publiques membres du groupe.

De nombreux quidams avaient aussi été ajoutés sans le savoir.

On trouve dans le groupe Nabila Ben Youssef. L’humoriste engagée tente par tous les moyens de dénoncer l’extrémisme sous toutes ses formes. La nouvelle de sa participation dans La Meute l’a grandement surprise.

« Ces gens-là ne font que tricher pour augmenter le nombre, déplore-t-elle. Ils utilisent tous les moyens pour gonfler leur mouvement. »

La surprise est semblable du côté de la chanteuse Édith Butler. Elle est catégorique : jamais elle n’a milité au sein du groupe identitaire.

« On est une meute d’artistes qui ne font pas partie de La Meute », dit-elle en riant, à la défense de ses collègues ajoutés sans le savoir.

JiCi Lauzon assure lui aussi qu'il n’a jamais été prévenu de la situation avant notre appel. L'humoriste ne partage pas les valeurs et l'idéologie de La Meute.

Les agents de Paul Piché et de Martin Petit ont également confirmé que ces artistes n'ont jamais été membres de La Meute.

Un phénomène qui s’explique

La consultante et spécialiste des réseaux sociaux Nellie Brière n’est pas étonnée qu'un groupe identitaire utilise cette technique.

Elle rappelle qu’il y a de cela quelques mois, le réseau social Facebook n’envoyait encore aucune notification lorsqu’un ami en ajoutait un autre à un groupe.

Selon elle, il faut constamment remettre en doute les chiffres avancés par des communautés sur les réseaux sociaux.

« Vous ne pouvez en aucun cas utiliser le nombre de personnes qui est dans un groupe pour valoriser le fait que votre groupe est populaire ou fonctionne bien. Ça veut dire que vous avez un réseau qui a été efficace pour inviter des amis. Ça ne veut pas dire que tous ces gens sont consentants. »

Mme Brière suggère d’ailleurs à tous les internautes de vérifier ponctuellement les groupes auxquels ils adhèrent sur Facebook.

Un conseil qu’elle adresse particulièrement aux personnalités publiques. « Quand on voit un groupe passer et qu'il y a toute une pléthore de journalistes, de vedettes, on a l’impression que ça valide le groupe », souligne-t-elle.

La Meute parle de chiffres réels

Le porte-parole de La Meute, Sylvain Brouillette, confirme que les membres avaient été encouragés dans le passé à faire la promotion du groupe.

Cette action a eu comme conséquence que plusieurs « loups » ont ajouté massivement leurs connaissances au groupe Facebook.

M. Brouillette ne nie pas que des gens se soient retrouvés dans La Meute à leur insu. Selon lui, les portiers ont toutefois réussi à éviter que le phénomène prenne de l’ampleur. Il explique que l’invitation massive par les membres n’est plus autorisée et qu’il faut maintenant faire une demande par courriel.

« Les gens se plaignent que c’est long. Ça peut prendre jusqu’à trois semaines maintenant. » Selon M. Brouillette, le chiffre de 44 000 membres sur la page secrète de La Meute est représentatif de l’ampleur du mouvement.

Plus d'articles

Commentaires