Retour

Les femmes au cœur de l'aide internationale canadienne

Le soutien du Canada aux pays en voie de développement sera désormais centré sur les besoins des femmes et des filles. La lutte pour leur santé et pour leur égalité guidera une vaste révision des priorités que s'apprête à lancer la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau.

Un texte de Mylène Crête

« Fondamentalement, les jeunes filles qui sont bien éduquées aujourd'hui, capables de se nourrir adéquatement et donc d'apprendre quand elles vont à l'école, vont être capables d'avoir un emploi, de nourrir leur famille et d'éduquer leurs enfants, explique-t-elle en entrevue aux Coulisses du pouvoir. C'est toute une chaîne et c'est ce qui va faire la différence sur la capacité d'un pays à se développer. »

Cette philosophie contraste avec la vente de blindés en Arabie saoudite récemment autorisée par le gouvernement fédéral. Ce pays est l'un des plus répressifs envers les femmes que la loi considère comme subordonnées aux hommes.

« Il faut garder le contact avec ces pays-là, où la situation est plus difficile pour les femmes, justement pour avoir cette relation, cette communication et ce pouvoir d'influence aussi », défend Marie-Claude Bibeau.

Elle ajoute que l'action du gouvernement canadien à l'égard des femmes ira bien au-delà de leur santé puisqu'elle inclura aussi la lutte pour l'égalité. « Nous allons travailler au niveau de la bonne gouvernance, encourager les femmes en politique, encourager les organisations civiles à se structurer et à pouvoir passer leur message à leur gouvernement », poursuit-elle.

La ministre a pour mandat d'élargir l'aide internationale apportée aux femmes qui excluait l'avortement sous le gouvernement conservateur. Celui-ci avait plutôt priorisé la santé maternelle pour réduire le taux de mortalité des mères et des enfants, faisant du Canada un leader en la matière. Ce programme se poursuivra sous le gouvernement Trudeau, mais l'aide sera élargie à la santé reproductive incluant l'avortement, lorsque nécessaire, la contraception et l'éducation sexuelle des jeunes. Les femmes seront également au cœur de la lutte contre les impacts négatifs des changements climatiques dans les pays en voie de développement.

« Nous voulons aider les communautés à être plus résilientes face aux inondations et aux sécheresses qui seront plus nombreuses, dit la ministre. Nous allons beaucoup travailler avec les groupes de femmes afin d'améliorer les techniques de production, ce qui aura un impact sur l'économie alimentaire et sur la capacité économique des femmes. »

Marie-Claude Bibeau participera dès lundi à Women Deliver, une importante conférence sur la santé, le bien-être et les droits des femmes au Danemark. À son retour, elle lancera une vaste révision des priorités de développement international.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine