Retour

Les futurs logements et condos devront être accessibles aux handicapés

Vieillissement de la population oblige, le gouvernement du Québec imposera de nouvelles normes de construction aux entrepreneurs. Les futures habitations comprenant plusieurs logements et condos devront être dépourvues d'obstacles pour les personnes à mobilité réduite.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Le Code de construction de la Régie du bâtiment du Québec sera prochainement modifié. Il obligera d’ici un an les constructeurs à rendre « minimalement accessibles » les futurs immeubles de plus de deux étages et comptant plus de huit unités. Environ 34 000 nouveaux logements ou condos prévus d’ici cinq ans devront se conformer à la nouvelle réglementation.

« Au Québec, on est le seul endroit où 100 % de ces nouvelles constructions seront accessibles, comparativement à ailleurs au Canada, où c’est entre 5, 10 ou 15 % », a indiqué en conférence de presse la ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation, Lise Thériault.

Deux options de construction

Les constructeurs pourront faire le choix entre deux normes.

La première sera de rendre le logement ou le condo « minimalement accessible », c’est-à-dire de rendre le « parcours sans obstacle » pour un fauteuil roulant depuis la porte d’entrée de l’habitation jusqu’à l’intérieur des salles de toilette, de séjour et à manger. La salle de toilette devra en plus posséder un lavabo d’une hauteur accessible et un fond de clouage, soit des pièces de bois dissimulées permettant de fixer d’autres pièces tel que des barres d’appui.

Le coût additionnel de cette norme pour un logement serait de 250 $, mais permettrait de répondre à un besoin en cas de problèmes de mobilité.

En vertu de la seconde norme, un entrepreneur pourra rendre les unités d'habitation « adaptables ». Le parcours sans obstacle devra alors s’étendre à la cuisine, à au moins une chambre et à un balcon. Les installations de plomberie devront aussi pouvoir être ajustables. Il en coûterait 550 $ de plus qu’actuellement pour un tel logement.

« Les constructeurs ont de plus en plus de demandes en ce sens avec les baby-boomers », selon le président de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec, Éric Côté. Il estime que ses membres accueilleront favorablement ces modifications au Code de construction.

« Commencer quelque part »

La mesure vise seulement les immeubles de plus de huit unités, donc rien pour les plus petites habitations ou les maisons. « Il faut commencer quelque part », rétorque la ministre Lise Thériault. Les coûts deviendraient aussi beaucoup plus importants pour adapter toute une maison.

L’Office des personnes handicapées du Québec semblait d’ailleurs satisfaite de ces nouvelles normes. Sa directrice générale, Anne Hébert, a souligné les nombreuses revendications sur le manque de logements accessibles dans la province.

Ces nouvelles normes permettent non seulement « d’accéder aux bâtiments », mais aussi « de pouvoir circuler à l’intérieur et vivre à l’intérieur », a résumé Mme Hébert.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine