Retour

Les Grands Frères Grandes Soeurs de l'Outaouais derrière Yvonne Dubé

Le conseil d'administration des Grands Frères Grandes Soeurs de l'Outaouais a réitéré, en conférence de presse, la confiance qu'il accorde à sa directrice générale, Yvonne Dubé, qui s'est faussement présenté comme avocate et a pratiqué le droit sans autorisation de septembre 2011 à mars 2012 en Ontario.

Le conseil d’administration, qui avait tenu une réunion extraordinaire samedi pour décider du sort de sa directrice générale Mme Dubé après que Radio-Canada eut révélé les détails recueillis lors de son enquête sur celle-ci, avait déjà publié un communiqué pour renouveler son appui unanime à l’égard de celle-ci. Yvonne Dubé n’avait jamais révélé à ses patrons ses démêlés avec la justice.

Mardi matin, le président du conseil d’administration, Richard Gravel, s’est présenté devant les médias pour souligner que le travail d’Yvonne Dubé, qui occupe son poste depuis trois ans, « a été très bien fait » et pour lancer un appel à la communauté afin qu’elle « continue à nous appuyer ».

M. Gravel a indiqué qu’après avoir posé des questions à Yvonne Dubé et écouté sa version des faits, le conseil d’administration avait décidé de la garder en poste, notamment parce que, sous sa direction, l’organisme a plus que doublé ses revenus grâce aux nombreuses activités organisées par celle-ci. Ainsi, 500 enfants profitent maintenant des services de l’organisme, contre seulement 100 en 2015, a-t-il insisté.

Le président du CA, qui est en poste depuis une semaine et demie, a également mentionné l’excellent climat de travail qui existe au sein de l’organisme, ainsi que la satisfaction de sa clientèle.

Or, cinq des neuf membres du conseil d'administration de l'organisme ont démissionné au cours des derniers mois. Des informations colligées par Radio-Canada montrent également qu'il y avait des tensions entre certains membres du conseil d'administration et la directrice générale, Yvonne Dubé.

Selon M. Gravel, l’image de l’organisme ne sera pas ternie par les révélations de Radio-Canada.

« Nous avons 35 ans d’existence. Des états financiers exemplaires. On a un bon conseil d’administration et de bons employés. De 2015 à 2018, l’organisation a très bien fonctionné. On garde le cap sur notre mission : aider les enfants », dit-il.

Interrogé sur la raison pour laquelle Yvonne Dubé n’était pas présente à la conférence de presse, M. Gravel a expliqué qu’elle ne désirait pas parler aux médias, notamment en raison de la plainte pour harcèlement criminel qu’elle a déposée à l’endroit du journaliste de Radio-Canada Antoine Trépanier, qui doit comparaître en cour le 20 juin prochain.

Richard Gravel a également refusé de dire s’il considérait que la plainte qui a conduit à l’arrestation du journaliste avait été justifiée.

« Personne ne réagit de la même façon. Chacun a ses sensibilités. On est dans une démocratie », a-t-il déclaré.

Le contrat d’Yvonne Dubé avec les Grands Frères Grandes Soeurs de l’Outaouais se termine dans un an, a-t-il souligné.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chien refuse qu'on le prenne en photo





Rabais de la semaine