Retour

Les guitares Godin revoient leur image de marque

Le fabricant québécois de guitares Godin a toujours joui d'une solide réputation. Mais alors que la concurrence est plus féroce que jamais, Godin a entrepris un changement identitaire.

Fondée par Robert Godin en 1972 à La Patrie, au pied du mont Mégantic, dans les Cantons de l'Est, l'entreprise familiale est un joueur important dans le marché de la guitare en Amérique du Nord et même ailleurs dans le monde.

Leonard Cohen, Roger Waters et Jay Malinowski figurent parmi les ambassadeurs les plus connus des guitares Godin. Menée à bout de bras par Robert Godin depuis ses débuts, l'entreprise est encore bien installée à La Patrie, où sont fabriqués les caisses et les manches qui sont ensuite assemblés dans les usines de Richmond et de Berlin au New Hampshire.

C'est sous l'impulsion de Simon Godin, fils du fondateur et directeur des ventes et du marketing, que Godin a récemment entrepris un repositionnement, en collaboration avec Martin Durocher, de l'agence Bitesize Entertainment.

« Je suis entré dans l'entreprise et j'ai voulu faire un peu plus. C'est là que j'ai rencontré Martin, de Bitesize, et il nous a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, explique Simon Godin. On est en train de prendre une nouvelle direction, qui est vraiment excitante. »

Nouveau logo, nouvelles guitares

Ce changement d'image chez Godin passera d'abord par les guitares acoustiques Seagull, la marque la plus reconnue du fabricant et son plus gros vendeur.

« Seagull accapare 10 % du marché des guitares acoustiques aux États-Unis, ce qui n'est pas rien, explique Martin Durocher, de Bitesize Entertainment. On a fait un rebranding complet de la marque. Refonte de l'image, du logo et des accessoires comme les courroies et les étuis, et on a fait, en collaboration avec Simon, des designs de nouveaux modèles de guitares. »

Avec le retour depuis une dizaine d'années de la musique folk, propulsée par des groupes comme Mumford & Sons et The Lumineers, et l'omniprésence de la guitare acoustique dans la pop, l'occasion de revoir la marque Seagull était belle.

« On a décidé de lancer le projet avec Seagull parce qu'on réalise que le marché présentement est beaucoup plus acoustique qu'électrique, poursuit Simon Godin. On veut créer un "lifestyle" avec la guitare, aller chercher une clientèle un peu plus jeune. »

Cette nouvelle image de marque touche également le design des guitares. Godin a créé de nouveaux finis, communément appelés « burst ».

L'entreprise a profité du plus important rendez-vous des fabricants d'instruments, le National Association of Music Merchants, qui se tenait à Anaheim en Californie en janvier, pour dévoiler plusieurs nouveaux modèles de guitares et la nouvelle identité visuelle de Seagull.

« J'ai lancé le nouveau logo de Seagull et la nouvelle collection 2016 et je n'ai eu que des commentaires positifs », se réjouit Simon Godin.

L'innovation, la clé

Si Godin travaille fort pour attirer de nouveaux acheteurs en revoyant son image, l'entreprise québécoise sait que son principal argument de vente demeure la qualité de ses produits et son innovation.

Le fabricant propose aujourd'hui des instruments traditionnels joués partout dans le monde, comme la mandoline, l'oud et le ukulélé. Et il vient de développer le M4, une guitare à quatre cordes fort simple à jouer.

« C'est parfait pour un débutant ou un professionnel. C'est presque impossible de faire une fausse note, ce n'est pas compliqué, tu peux jouer un doigt à la fois. »

Plus d'articles