Retour

Les indépendantistes catalans remportent la majorité absolue au Parlement

Les partis en faveur de l'indépendance ont mis la main sur la majorité absolue des sièges au Parlement catalan, dimanche, une victoire aussitôt interprétée comme un appui à la séparation par le président de la région autonome espagnole.

« Nous avons gagné », a clamé Artur Mas devant près de 2000 partisans rassemblés au centre de Barcelone, dimanche soir. « Cela nous donne une grande force et une forte légitimité pour mener à bien notre projet », a-t-il ajouté.

Selon des résultats officiels, sa coalition « Ensemble pour le oui » (Junts pel Si), qui regroupe des partis de droite et de centre-gauche, a obtenu 62 sièges, alors que la liste de la CUP (extrême gauche) a fait élire 10 députés.

Les indépendantistes avaient besoin d'au moins 68 sièges pour mettre la main sur la majorité absolue au Parlement; ils en ont finalement récolté 72. Ils échouent cependant à rallier la majorité absolue des voix, les deux listes ayant obtenu 47,8 % des suffrages.

Les séparatistes avaient donné aux élections régionales un caractère référendaire, en promettant d'engager la Catalogne sur la voie de l'indépendance si leurs listes récoltaient la majorité des 135 sièges en jeu. Ils espèrent maintenant obtenir ce statut d'ici 18 mois.

Madrid, de son côté, s'oppose farouchement à l'indépendance de la Catalogne et estime que la constitution du pays ne permet par aux régions autonomes de quitter l'Espagne.

Les deux principaux partis au niveau national, le Parti populaire (PP) du président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et le Parti socialiste (PSOE) d'opposition, ont perdu des dizaines des milliers de voix par rapport au scrutin régional de 2012.

La défaite du PP est encore plus cinglante que celle des socialistes. Son porte-parole a affirmé dimanche soir que « la majorité des Catalans a rejeté l'indépendance », les deux listes indépendantistes n'ayant pas réuni la moitié des suffrages aux élections régionales.

« Nous allons continuer à garantir la légalité, nous allons continuer à défendre l'unité de l'Espagne », a déclaré Pablo Casado, au siège du parti à Madrid.

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, n'a pas souhaité s'exprimer dimanche soir.

Quant à la formation anti-austérité Podemos, elle n'a recueilli que 9 % des voix, en fort recul par rapport aux dernières élections locales.

Plus de 77 % des Catalans aptes à voter ont exprimé leur droit de vote.

L'indépendance ou un statut particulier?

Pour beaucoup d'électeurs, l'indépendance formelle de la Catalogne reste bien théorique, montrent les études d'opinion. Seuls 20 % des électeurs pensent que le mouvement séparatiste obtiendra gain de cause, selon un sondage publié par le quotidien barcelonais La Vanguardia.

Une autre étude, publiée par le Centre d'Estudis d'Opinio, un institut appuyé par le gouvernement régional, montre que le sujet n'est que la quatrième préoccupation des Catalans, derrière le chômage, le mécontentement politique et la situation économique.

La victoire du « Si » pourrait néanmoins mener à des concessions de la part du gouvernement central. Sans devenir un pays, la Catalogne pourrait obtenir un statut particulier au sein de l'Espagne et bénéficier un régime fiscal pus avantageux.

Plus d'articles

Commentaires