Retour

Les infirmières du Québec dénoncent la surcharge de travail

Manque de personnel et heures supplémentaires obligatoires : les infirmières n'en peuvent plus. Elles se disent épuisées par la surcharge de travail et multiplient les moyens de pression afin d'être entendues.

Pour exprimer leur ras-le-bol, les infirmières ont eu recours à des sit-in dans plusieurs régions, notamment à Trois-Rivières, à Sorel et à Laval.

Lundi, à Laval, l'Hôpital de la Cité-de-la-Santé a reçu 80 patients sur civière pour une capacité totale de 49. Lors de telles situations, les patients se retrouvent dans des zones de débordement, comme des couloirs, où l’on ne trouve pas des sonnettes d’appel pour les cas d’urgence.

Aux grands maux, les grands moyens

Excédées par la multiplication de ces scènes, les infirmières des urgences ont eu recours à une « mesure exceptionnelle » de pression la fin de semaine dernière en refusant de commencer leur quart de travail.

Elles ont ainsi forcé leurs collègues des quarts précédents à poursuivre leur travail.

Ces professionnelles se disent contraintes d’en venir à des mesures semblables en disant refuser de prendre leur service dans des conditions qui ne sont pas sécuritaires.

Les préposés aux bénéficiaires de la Cité-de-la-Santé allèguent également que l’hôpital ne respecte pas les ratios imposés par le ministère de la Santé.

« On tient vraiment à la sécurité de nos patients », lance une infirmière qui se dit épuisée avec l’enchaînement du « temps supplémentaire obligatoire ». « On sait quand on rentre, on ne sait pas quand on sort », dit-elle.

La direction de l’hôpital affirme qu’elle maintient les ratios selon les exigences du ministère, tout en reconnaissant le manque récurrent de personnel depuis le mois de décembre, particulièrement à l’urgence.

Quant au témoignage de l'infirmière Émilie Ricard, qui l'interpellait sur Facebook, le ministre Barrette s'est dit prêt à faire ce qu'il pouvait. « Je comprends très bien cette situation. Je suis, pour elle et pour toutes ses collègues, prêt à faire les aménagements nécessaires pour améliorer la situation. Je ne suis pas heureux, moi, de voir ça. Je ne suis pas heureux de voir des gens dans cette situation-là. Mais il n'en reste pas moins que si les postes disponibles ne sont pas pourvus, quand on a des patients qui sont à l'hôpital, on ne peut pas les abandonner non plus », a-t-il fait valoir.

Pour le ministre de la Santé, 1200 infirmières qui n’ont pas de postes, alors que plusieurs d'entre eux sont affichés. On en dénombre 40 qui le sont à la Cité-de-la-Santé, assure Gaétan Barrette.

« Si le climat est tel que les gens […] ne prennent pas les postes, on fait quoi? », s'interroge M. Barrette.

Avec les informations d’Anne-Louise Despatie

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité