Retour

Les médecins canadiens veulent un registre national d'immunisation

Les médecins canadiens réunis en assemblée annuelle à Halifax ont adopté plusieurs motions pour encourager les parents à faire vacciner leurs enfants et exhortent le gouvernement du Canada à « accélérer la création et la mise en oeuvre de registre national d'immunisation. »

Un texte d'Annick R. Forest

La vaccination n'est pas obligatoire au Canada. Toutefois, selon les recommandations en matière de santé publique, les enfants doivent avoir reçu certaines immunisations systématiques avant l'âge de deux ans.

Certaines provinces ont rendu la vaccination obligatoire. C'est le cas au Nouveau-Brunswick et en Ontario quand il est question de maladies comme la rougeole ou les oreillons, sauf pour ceux qui obtiennent des exemptions pour des raisons médicales ou religieuses.

Au Manitoba, la vaccination n'est pas obligatoire, mais les autorités scolaires peuvent demander à un enfant non vacciné de ne pas se présenter à l'école si un cas de rougeole y a été déclaré.

Déclaration sur la vaccination obligatoire pour les élèves

Les membres de l'Association médicale canadienne (AMC) ont voté à 97 % pour « demander aux gouvernements du Canada d'autoriser les écoles à exiger une déclaration sur la vaccination des élèves », a expliqué l'AMC par voie de communiqué.

Si la déclaration de vaccination d'un élève indique qu'il n'a pas été vacciné, « il devrait y avoir un échange entre les dirigeants de la santé publique et les parents », soutiennent les membres de l'AMC.

Celui qui a proposé la motion, le Dr Yun Jen, du Québec, a expliqué que les médecins ne cherchaient pas à rendre les vaccins obligatoires, mais voulait créer une occasion « d'informer et de sensibiliser » les parents à l'importance des programmes de vaccination.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil, cliquez ici.

Un plan de lutte contre « l'hésitation » et un registre national d'immunisation

Les médecins veulent également que le gouvernement du Canada établisse « un plan national de lutte contre ce qu'ils qualifient "d'hésitation face à la vaccination" », ajoute le communiqué.

De plus, les membres de l'AMC ont adopté quatre motions visant entre autres à exhorter le gouvernement fédéral à « accélérer la création et la mise en oeuvre d'un registre national d'immunisation ».

Deux tiers des médecins présents à l'assemblée générale ont toutefois décidé de ne pas demander la création d'un programme national d'indemnisation des personnes qui ont subi une invalidité causée par un vaccin.

Plusieurs d'entre eux ont soutenu que les adversaires à la vaccination pourraient utiliser la motion comme « admission tacite du danger des programmes d'immunisation ».

Des outils pour contrer l'information négative

Finalement, les médecins ont demandé à l'AMC de leur fournir « des outils pour aider à promouvoir le rôle crucial que la profession médicale joue dans le soutien de l'immunisation. »

« L'information fournie aux parents par les médecins peut servir à contrer les "faits" tirés de sites web et fournis par des amis », a noté la nouvelle présidente de l'AMC, la Dre Cindy Forbes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine