Retour

Les municipalités protègent-elles bien vos données personnelles?

Applications, textos, demande de permis par internet, les municipalités de l'Est-du-Québec se tournent de plus en plus vers l'entreprise privée pour faciliter l'échange avec les contribuables. Les élus municipaux sont-ils prêts à gérer vos données personnelles? Plus ou moins, répondent certains experts.

Un texte de Marie-Josée Paquette-Comeau

Les municipalités de l’Est-du-Québec tentent, par différents moyens, de communiquer directement avec leurs citoyens.

L’application VilleRDL

Au Bas-Saint-Laurent, Rivière-du-Loup propose depuis quelques mois une application mobile gratuite.

L’application permet aux Louperivois de communiquer directement avec la Ville en répondant à des sondages ou en signalant des bris, par exemple. L'utilisateur peut également recevoir de l’information relativement aux travaux publics et aux activités municipales.

Il peut aussi avoir accès au contenu en inscrivant un pseudonyme et une adresse courriel.

Cependant, pour avoir une communication bidirectionnelle, la personne doit s’inscrire en fournissant plus d’informations comme son adresse. Elle doit également donner accès à la géolocalisation de son téléphone ainsi qu’à son appareil photo.

Compte de taxes en ligne à Baie-Comeau

La Ville de Baie-Comeau travaille actuellement à permettre aux citoyens de consulter leur compte de taxes à tout moment. Par l’entremise d’une plateforme virtuelle, les Baie-Comois pourront consulter leur facture et recevront également des notifications pour les informer des dates d’échéance de paiement.

Selon la Ville de Baie-Comeau, les citoyens devront se créer un compte personnalisé afin d’avoir accès à ce nouveau service, disponible dès septembre. Des informations personnelles pourraient être demandées.

Fini le casse-tête des poubelles

Afin de faciliter la vie des résidents de la MRC du Rocher-Percé, la Régie intermunicipale de traitement de matières résiduelles de la Gaspésie (RITMRG) propose un outil de rappel par messagerie texte pour la collecte du recyclage, des matières organiques et des déchets.

En s’inscrivant à monmemento.ca, les résidents de la MRC du Rocher-Percé reçoivent un texto mentionnant la collecte du jour. Les utilisateurs n’ont qu’à remplir le formulaire en inscrivant uniquement leur secteur ainsi que leur numéro de téléphone. L’inscription est gratuite. Le programmeur offre également le même service pour les événements sportifs depuis le début juillet 2018.

Vos données dispersées dans le monde

L’entreprise PG Solutions, avec la plateforme VOILÀ, travaille avec de nombreuses municipalités depuis plus de 35 ans. La Ville de Baie-Comeau a choisi ce fournisseur pour développer sa plateforme reliée au compte de taxes.

Le vice-président aux ventes et au marketing de l'entreprise, Daniel Rondy, affirme que les données collectées appartiennent aux municipalités. Elles peuvent choisir de les héberger elles-mêmes dans leurs serveurs ou les confier à PG Solutions, qui elle, appartient à un consortium nommé Constellation Software inc. Le siège social de ce consortium est à Toronto, mais la compagnie possède aussi des ramifications à l’étranger et des centres de données.

Pour sa part, Rivière-du-Loup a opté pour une entreprise française, Animacité, pour développer son application. Cette entreprise, régie par les lois européennes en matière de gestion des données, héberge les données des Louperivois dans des serveurs appartenant au centre de données de l’entreprise DigitalOcean situé à New York. La Ville demeure l’unique propriétaire des données, selon l’entreprise.

Même type de gestion pour le concepteur Samuel Dubé-Roussy qui est à l’origine de la plateforme monmemento.ca utilisée par la MRC du Rocher-Percé. Le pêcheur de homard et programmeur a créé cette plateforme et loue des serveurs dans un centre de données de Toronto pour stocker les informations de ses clients.

À l’abri des vols, vraiment?

Selon le professeur agrégé au Département d'informatique et de génie logiciel de l’Université Laval, Richard Khoury, les lois fédérales sur la protection de la vie privée protègent les citoyens canadiens, mais ceux-ci ne sont pas à l’abri des vols de données. Selon le professeur, la Ville doit avoir une expertise en sécurité informatique à l’interne pour contrôler les processus de protection des entreprises avec lesquelles elle fait affaire.

Selon la directrice des opérations à Crypto.Québec, Geneviève Lajeunesse, les petites municipalités ne sont pas outillées pour assurer la protection des données des citoyens qui utilisent ces applications. Elle croit que trop souvent les municipalités ne comprennent pas à quel point elles recueillent des données délicates.

Cet assemblage d’informations peut ensuite servir à voler l’identité d’un individu, selon la directrice de Crypto.Québec.

À l’instar de Mme Lajeunesse, Richard Khoury ajoute que le gouvernement a une responsabilité d’avoir une expertise interne à son service. Il ne peut pas uniquement se fier aux compagnies sous-traitantes.

Les responsables des communications de Rivière-du-Loup et de Baie-Comeau ont confirmé avoir des techniciens en informatique qui s'occupent de la sécurité. Cependant, certaines plus petites municipalités n'ont pas nécessairement un employé qui y veille.

Selon Geneviève Lajeunesse, les citoyens ne peuvent pas faire mieux que ce que la Municipalité leur offre.

Elle invite donc les citoyens à s’engager en politique municipale et à poser des questions à leurs élus à propos de la sécurité de leurs données.

Plus d'articles