Retour

Les musiciens canadiens payeront bientôt plus cher pour jouer aux É.-U.

À compter du 20 décembre, les frais de permis de travail pour les musiciens canadiens qui souhaitent jouer aux États-Unis augmenteront de 42 %.

Un texte de Maryse Bernard

Les permis passeront de 325 $ à 460 $ US par groupe, a expliqué le directeur des services symphoniques à la Fédération canadienne des musiciens, Bernard LeBlanc, lors d'une entrevue à l'émission Phare Ouest mardi.

« La hausse n'est vraiment pas une bonne nouvelle pour nous, les musiciens au Canada [...] on cherche toujours des façons de se produire à l'extérieur, et les États-Unis sont très importants pour nous », dit-il.

Le marché américain est particulièrement important pour les artistes émergents, selon M. LeBlanc, surtout pour les Britanno-Colombiens qui veulent donner des spectacles à Seattle.

À une époque où beaucoup de musique est offerte gratuitement en ligne, il souligne que les spectacles sont une source importante de revenu pour les musiciens.

M. LeBlanc croit que la hausse a pu être provoquée par la demande importante pour les visas P-2, qui ne dépassent pas un an.

« On ne pense pas que ce soit du protectionnisme, on pense plutôt que c'est une façon de contrôler la forte demande de visas P-2 aux États-Unis », affirme-t-il.

Le processus pour obtenir un visa est aussi très long : les musiciens peuvent attendre jusqu'à 120 jours avant de recevoir une réponse.

M. LeBlanc souligne que le coût est plus élevé et les attentes sont encore plus longues pour les musiciens provenant d'autres pays qui souhaitent jouer aux États-Unis.

Plus d'articles