Retour

Les négociations sur l'ALENA commenceront le 16 août à Washington

La première session de négociations sur un nouvel Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) se déroulera du 16 au 20 août.

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, a annoncé que les discussions initiales entre les négociateurs américains, canadiens et mexicains se dérouleraient à Washington.

Il en a profité pour préciser que John Melle, représentant américain adjoint au Commerce pour l'hémisphère ouest, serait le négociateur en chef des Américains.

Des fonctionnaires des trois pays se sont réunis à Washington, lundi, pour discuter de la logistique des négociations.

Les États-Unis ont entrepris en mai le processus de renégociation du traité trilatéral de libre-échange conclu il y a 23 ans.

Washington a annoncé ses priorités

Mardi, l'administration Trump a présenté au Congrès ses priorités pour la renégociation de ce traité. Son objectif principal est de rééquilibrer le déficit commercial des États-Unis, qui est actuellement de 55 milliards de dollars avec le Mexique et de 11 milliards de dollars avec le Canada.

Parmi les autres priorités de Washington, notons un meilleur accès aux marchés mexicain et surtout canadien pour les exportations agricoles américaines, notamment les produits laitiers, le vin et les céréales.

Le marché de la fabrication des pièces de rechange de voitures et de camions est aussi dans la ligne de mire des Américains.

Les partenaires de l’accord devront aussi s’entendre sur l’établissement de règles qui encadrent le commerce électronique.

À ce chapitre, il faut s’attendre à une modernisation de l’ALENA, car lors de sa signature, en 1994, le commerce électronique, Internet et les nouvelles technologies de communication n’étaient pas des enjeux. Des discussions sur la propriété intellectuelle et sur tout ce qui est « numériques » sont aussi à prévoir.

Il faut dire que les attentes sont grandes aux États-Unis. Le président Trump a en effet promis en campagne électorale d'obtenir une meilleure entente pour son pays en qualifiant l’accord actuel de « plus mauvais traité jamais signé par les États-Unis ».

Les républicains divisés à la veille des négociations

Mais la position du président est loin d’être partagée par tout le monde. L’ALENA trouve en effet de nombreux défenseurs parmi les démocrates, mais également chez les républicains.

C’est notamment le cas du représentant républicain de l'État de Washington, Dave Reichert, qui a déclaré mardi que « quand l’Amérique du Nord gagne, les États-Unis aussi gagnent ».

Sa collègue républicaine du Dakota du Sud, Kristi Noem, a ajouté que le libre-échange a « des retombées significatives pour l’économie de [son] État ».

Des propos qui tranchent avec ceux du président Trump qui se montre très critique, voire vindicatif, à l’endroit du traité qui garantit un commerce libre et ouvert avec ses voisins canadien et mexicain.

Reste à savoir maintenant si la division qui règne entre les républicains sera profitable pour le Canada et le Mexique, dans cette négociation à trois qui s’annonce aussi longue que mouvementée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine