Retour

Les organismes d'aide à l'itinérance aux aguets pendant la canicule

La vague de chaleur qui a commencé de frapper la grande région de Montréal promet d'être particulièrement éprouvante pour les itinérants, qui comptent parmi les populations les plus vulnérables.

Un texte de Yannick Donahue

La canicule qui sévit dans le sud du Québec affectera sans contredit les sans-abris qui sont plus sujets aux insolations, mais également à l'épuisement, car ils n'ont pas toujours accès pour plusieurs heures à des espaces publics climatisés. Autrement dit, peu de répit pour eux.

Certains ont aussi des problèmes de consommation de drogues et d’alcool, ce qui les rend moins vigilants à la chaleur et peut entraîner une déshydratation.

De plus, bon nombre d’itinérants ont des problèmes de santé, donc leur système immunitaire est affaibli, ce qui les rend moins résistants aux températures élevées.

Boire de l'eau

La Mission Bon Accueil, un organisme qui vient en aide aux sans-abris à Montréal, a pris certaines dispositions pour leur venir en aide, notamment en distribuant des bouteilles d’eau et en prolongeant ses heures d’ouverture. L’organisme prodigue aussi des conseils aux itinérants pour bien traverser cette vague de chaleur accablante.

« Souvent, ils se présentent avec des problèmes majeurs de santé mentale, mais aussi d’autres enjeux médicaux, qui font en sorte que ces gens sont vulnérables. On essaie toujours chez Mission Bon Accueil de les sensibiliser, de dire avec fréquence il faut boire de l’eau, il faut éviter l’alcool. Et ils sont dehors. Nous, en tant que citoyens, on est capables d’aller trouver des abris, mais des gens [sans domicile fixe], au cours de la journée, ne sont souvent pas capables. Une perte de conscience peut venir assez rapidement », affirme Samuel Watts, président-directeur général de Mission Bon Accueil.

Pendant les périodes de grands froids, la population a plus souvent tendance à avoir une pensée pour les sans-abris. Or, ils souffrent également lors des épisodes de canicules.

Quoi faire si l'on voit dans la rue un sans-abri qui souffre d'un coup de chaleur?

« La meilleure chose c’est de composer le 811. Je ne conseille jamais d’entrer dans des situations précaires, d’aller chercher des gens qui sont en dessous des autoroutes ou dans des places et des coins [non sécuritaires]. C’est plus pour des gens qui ont une formation. Je pense que c’est une bonne idée d’être vigilant, parce que souvent on voit des gens sur le coin de la rue, dans des coins cachés, et ça vaut la peine de signaler à des ressources comme nous », répond M. Watts.

Le 811 est le numéro de téléphone d’Info-Santé.

La canicule vue par un itinérant

François Saint-Hilaire a vécu dans la rue durant 14 ans. Il s’est sorti de l’itinérance il y a quatre ans. Il se souvient très bien des journées de canicule qu’il a vécues, à chercher un peu d'ombre et un terrain gazonné.

« On s’arrosait avec des bouteilles d’eau. Quand on se promenait dans la rue, les gens nous donnaient des bouteilles d’eau, mais vu qu’on se gelait, qu’on était tellement gelés, qu’on ne savait pas comment boire l’eau. On s’arrosait pour se refroidir, comme [dans] une piscine », se rappelle-t-il.

M. Saint-Hilaire n’a jamais dormi dans un refuge parce qu’il avait un chien et que les animaux de compagnie ne sont pas tolérés dans ces établissements. Lors des épisodes de canicule, il allait passer la nuit dans les guichets automatiques des banques et des caisses populaires pour se rafraîchir.

Un des problèmes rencontrés par les itinérants lors des périodes de grande chaleur est la conservation de la nourriture, souligne-t-il.

« Quand il fait chaud, il faut que tu manges la nourriture [tout de suite], tandis que quand il fait froid, tu peux la faire congeler. On peut la mettre de côté et la nourriture ne pourrit pas », mentionne-t-il.

Aujourd’hui, François Saint-Hilaire est bénévole et distribue des bouteilles à ceux qu'il a côtoyés durant ces années.

En 2010, on comptait 11 morts chez les itinérants à Montréal durant la canicule.

D'après les prévisions, la vague de chaleur qui s'abat sur le sud du Québec s'étirera jusqu'à vendredi.

Avec les informations d’Alexis Gacon et de Michel Marsolais

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque