Retour

Les parents Shafia devraient être expulsés en Afghanistan à leur libération

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada a révoqué la résidence permanente de Tooba Yahya et de Mohammed Shafia, condamnés pour les meurtres de trois de leurs filles et de la première femme de Mohammed Shafia. Ils devrait être expulsés en Afghanistan lorsqu'ils obtiendront leur libération conditionnelle, dans au moins 16 ans.

Un texte de Geneviève Garon

Soigneusement vêtue d'une chemise blanche et d'une veste noire, ses longs cheveux attachés, Tooba Yahya a assisté par vidéoconférence à l'audience de la Commission de l'immigration et du statut du réfugié du Canada, en direct du pénitencier pour femmes de Joliette, jeudi matin.

« Je prends contre elle une mesure d'expulsion », a déclaré le commissaire Louis Dubé, ses propos étant aussitôt traduits en dari, au bénéfice de la détenue d'origine afghane.

La Commission révoque le statut de résidente permanente de la femme de 48 ans en raison de sa « grande criminalité ». Elle l'avait obtenu lors de son arrivée au Canada avec son mari, Mohammed Shafia, et leurs enfants, en 2007.

Son époux, détenu au pénitencier de Cowansville, a d'ailleurs subi le même sort qu'elle le 27 février dernier. Son audience était passé sous le radar des médias.

Par contre, les autorités canadiennes ne pourront pas les expulser en Afghanistan avant qu'ils n'aient obtenu leur libération conditionnelle. Ils y sont admissibles à partir de juillet 2034, soit dans plus de 16 ans.

Puisque le couple a été condamné à une peine de plus de six mois de détention pour un crime punissable d'une période d'emprisonnement maximale d'au moins 10 ans, il n'a pas le droit de contester la mesure de renvoi devant la section d'appel de la Commission. L'avocat de Tooba Yahya affirme qu'elle n'a pas non plus l'intention de la contester devant une Cour fédérale.

Danger en Afghanistan?

Lorsque l'échéance approchera, Tooba Yahya pourrait faire une demande de résidence permanente en invoquant des raisons humanitaires auprès du ministre de l'Immigration.

L'avocat de Tooba Yahya explique qu'il faudra évaluer le risque que sa cliente encourt à retourner dans son pays. « Il pourrait y avoir une menace, on parle de l'Afghanistan », estime Me Stéphane Handfield qui ajoute : « Il y a certains critères à étayer lorsqu'on soumet une demande de considération d'ordre humanitaire. La gravité de l'infraction, le degré de réhabilitation, et évidemment les circonstances entourant les infractions qu'on a commises au Canada. »

Me Handfield est demeuré discret sur le moral de sa cliente en détention. « Madame ne s'est pas plainte à moi de quelque condition inappropriée que ce soit, je pense que ça se passe bien », a-t-il déclaré.

Pas de nouvelles d'Hamed Shafia

La Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada affirme n'avoir aucune information pour l'instant au sujet du fils aîné des Shafia, Hamed, lui aussi condamné pour quatre meurtres prémédités et emprisonné en Ontario. Cela signifie que l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) n'a encore fait aucune demande formelle d'expulsion à son sujet. L'ASFC invoque la confidentialité et ne donne aucun détail sur ses dossiers.

Trois filles de la famille Shafia, Geeti, 13 ans, Sahar, 17 ans, et Zainab, 19 ans, ainsi que la première épouse de Mohammed Shafia, Rona Amir Mohammad, 52 ans, ont été retrouvées mortes noyées dans les eaux du canal Rideau, aux écluses de Kingston. Elles avaient sombré dans une Nissan Sentra achetée par la famille quelques jours avant le drame, survenu dans la nuit du 29 au 30 juin 2009.

Tout au long du procès, les avocats de la défense ont plaidé le simple accident. La Couronne soutenait plutôt qu'il s'agissait de meurtres prémédités commis pour laver l'honneur de la famille, et maquillés pour faire croire à un accident.

Plus d'articles