Les Penguins de Pittsburgh ont mis la main sur la Coupe Stanley pour une deuxième saison d'affilée, dimanche soir, à Nashville. Ils ont battu les Predators 2-0 dans le sixième match de la finale.

Les Penguins mettent ainsi la main sur la cinquième Coupe Stanley de leur histoire, la troisième de l’ère Crosby-Malkin.

Les Penguins deviennent la première équipe depuis les Red Wings de Detroit à soulever la Coupe Stanley deux années de suite. Les Red Wings avaient réussi l'exploit après avoir balayé les finales de 1997 et 1998.

La saison dernière, les Penguins avaient mis la main sur le trophée le plus prestigieux du hockey après avoir défait les Sharks de San Jose en six rencontres.

« Nous savions que ça serait une année difficile, mais nous avons simplement tenté de faire avec, a déclaré le capitaine des Penguins Sidney Crosby, qui a remporté le trophée Conn Smythe, remis au joueur le plus utile des séries. Nous avons subi plusieurs blessures, mais nous avons trouvé le moyen de gagner. C'est vraiment ce que nous avons fait tout au long de la saison et durant les séries. »

« Nous avons un groupe de joueurs qui comprennent ce que ça prend pour gagner », a ajouté Crosby.

C’est finalement Patric Hornqvist qui a dénoué l’impasse, en fin de troisième période.

Hornqvist a trompé la vigilance de Pekka Rinne alors qu'il ne restait que 95 secondes à jouer à la rencontre. Il s'est emparé d'un retour de lancer de Justin Schultz et il a envoyé la rondelle dans le dos du gardien des Predators pour placer son équipe aux commandes.

« Évidemment, ce sera le but le plus important de toute ma carrière, s'est exclamé Hornqvist. Ce sera un moment toujours très spécial dans mon coeur. »

Carl Hagelin a assuré la victoire avec 14 secondes à faire à la rencontre dans un filet désert.

Matt Murray a connu une soirée remarquable devant le filet des Penguins. Le gardien de 23 ans a effectué plusieurs arrêts spectaculaires pendant que son équipe devait se débrouiller à court d'un joueur. Il a finalement repoussé 27 rondelles. Murray a blanchi les Predators pour un deuxième duel consécutif et il a signé son troisième jeu blanc des séries.

« Pour être honnête, je voulais simplement que ce soit terminé. Je voulais prendre ça un tir à la fois, a dit Murray. Mes coéquipiers ont bien joué et nous avons réussi à nous en tirer à la dernière minute. »

Comme il l'avait fait au terme des deux premiers affrontements de la finale, au cours desquels il avait donné huit buts, Pekka Rinne a rebondi de belle façon à domicile, mais ses 27 arrêts n’auront pas été insuffisants.

Les hommes de Mike Sullivan ont écopé des quatre pénalités de la rencontre et ils ont réussi à écouler les 32 secondes d'un désavantage numérique de deux joueurs, à mi-chemin au troisième engagement.

Ils ont également joué de chance quelques minutes plus tard, quand Colton Sissons a frappé un poteau à bout portant.

« Ça fait mal, a soufflé le défenseur P.K. Subban, visiblement déçu. Je crois que nous devons nous rappeler de ce sentiment. C'est ce qui nous poussera tout au long de la prochaine saison. Nous serons de retour ici [en finale] l'an prochain. »

Crosby remporte encore le Conn Smythe

En remportant le Trophée Conn Smythe pour une deuxième fois de suite, le capitaine des Penguins devient le troisième joueur de l'histoire de la LNH à accomplir l'exploit, après Bernard Parent et Mario Lemieux.

Le natif de Cole Harbour, en Nouvelle-Écosse, a conclu son parcours éliminatoire avec une récolte de huit buts et 19 mentions d'aide, pour un total de 27 points.

Il a notamment amassé sept points durant la finale contre les Predators.

L’ancien joueur de l’Océanic de Rimouski dans les rangs juniors a ajouté ce trophée à une longue liste d'exploits, incluant deux médailles d'or aux Jeux olympiques, une médaille d'or à la Coupe du Monde, une au Championnat mondial ainsi qu'une autre au Championnat mondial junior.

Une rencontre serrée du début à la fin

Pendant que les Predators donnaient le ton au duel en appliquant de bonnes mises en échec, les Penguins ont pris d'assaut le filet de Rinne et ils ont décoché quelques tirs dangereux.

La rapidité des deux formations s'est fait sentir dans les 20 premières minutes de jeu, mais aucune d'entre elles n'est parvenue à marquer.

En deuxième période, la troupe de Peter Laviolette croyait bien être la première à ouvrir le pointage.

À la suite d'un tir de Filip Forsberg, que Murray n'a pas complètement stoppé, Sissons a poussé la rondelle dans une cage béante. Les arbitres ont toutefois rapidement refusé le but, car l'un d'eux avait perdu le disque de vue et avait sifflé l’arrêt du jeu.

L'équipe locale n'a pas donné beaucoup d'occasions de marquer aux Penguins lors du troisième vingt et elle a eu la possibilité de reprendre ce qu'on lui avait volé en début de deuxième période, mais les efforts de Murray et de sa défensive ont contré ses élans.

Lors d'un avantage numérique de deux joueurs, les Predators ont tout tenté pour faire bouger les cordages et prendre les devants 1-0, mais les visiteurs ont bloqué beaucoup de tirs et ils ont coupé les lignes de passe, mettant la table pour le but victorieux d'Hornqvist.

Plus d'articles

Commentaires