Magnat de l'immobilier, vedette de téléréalité et prochain président américain. Donald Trump a pour le moins plusieurs cordes à son arc. Tour d'horizon des multiples personnalités de celui qui a déjoué les pronostics.

Donald Trump est d'abord un riche homme d'affaires qui a surtout fait fortune dans l'immobilier avec ses gratte-ciel et casinos à son nom. Avant de faire le saut en politique, il s'est fait connaître du grand public avec ses divorces largement médiatisés et, en 2004, comme animateur-vedette de la populaire émission de téléréalité The Apprentice.

Le candidat improbable

Lorsque le milliardaire a annoncé sa candidature à l'investiture du Parti républicain du haut de la Trump Tower à New York, le 16 juin 2015, nombreux - membres de la formation politique, journalistes ou simples citoyens - se sont demandé si le magnat de l'immobilier à l'imposante chevelure blonde était sérieux dans sa démarche.

Lors des premières primaires en Iowa, Trump arrive deuxième derrière Ted Cruz. La veille du vote, il avait pourtant le vent en poupe, cumulant 36,2 % des intentions de vote pour l'ensemble des États-Unis. Mais cet échec a rapidement fait place à plusieurs victoires éclatantes lors des primaires et caucus suivants, alors qu'il s'est maintenu au sommet des intentions de vote républicain pendant toute la durée de la campagne. Un à un, ses adversaires se sont retirés de la course, jusqu'à l'abandon de Ted Cruz - son principal rival - le 3 mai dernier, laissant la voie vers l'investiture complètement libre au milliardaire.

Selon les experts, c'est précisément les positions contre l'« establishment » de Donald Trump qui pourraient expliquer sa popularité auprès d'une frange de l'électorat américain. À l'instar du candidat à l'investiture démocrate défait aux élections primaires, Bernie Sanders, Trump rejette en bloc l'ordre établi au sein de sa formation politique. Il mise sur la colère des électeurs américains et propose de mettre un terme définitif au statu quo qui, estime-t-il, prime depuis plusieurs décennies.

Donald Trump et les femmes

La campagne présidentielle du candidat républicain a été ponctuée de multiples controverses sur des commentaires qu'il a formulés et des gestes qu'il aurait posés à l'endroit de femmes. Une vidéo de M. Trump révélée par le Washington Post le 8 octobre dernier a particulièrement plombé sa campagne.

Dans la foulée de la diffusion de ladite vidéo, le New York Times a publié le témoignage de deux femmes qui disent avoir été agressées par le milliardaire dans les années 90. Depuis, d'autres femmes ont brisé le silence et ont accusé l'homme d'affaires d'agressions sexuelles. Des allégations qu'a rapidement niées en bloc le principal concerné.

Par ailleurs, sa remarque sur la prise de poids d'Alicia Machado - couronnée Miss Univers en 1996 alors que Trump était à la tête du concours - a fait couler beaucoup d'encre, et a nourri les pointes envoyées par Hillary Clinton lors du premier débat officiel, le 26 septembre dernier. 

Les relations étrangères

Donald Trump promet de construire un mur à la frontière que partage les États-Unis avec le Mexique depuis le début de sa campagne. Il a répété à de nombreuses reprises que les coûts de construction seraient entièrement payés par leur voisin du Sud.

Lors de sa visite improvisée au Mexique pour y rencontrer le président Enrique Peña Nieto, le 31 août, Trump a réitéré son plan controversé au palais de Los Pinos, omettant d'aborder la question de son financement. Mais une fois de retour aux États-Unis, le républicain a tenu un discours agressif au cours duquel il a détaillé ses positions en matière d'immigration. C'est la ligne dure que propose le milliardaire. Le mot d'ordre est « tolérance zéro » pour les immigrants clandestins.

Or, des journalistes ont mis en lumière la duplicité des propos de Donald Trump, avant et après son saut en politique. Alors qu'il critique vertement l'immigration illégale, le magnat de l'immobilier a embauché nombre de travailleurs illégaux lors de la construction de la tour Trump, dans les années 1970, par exemple.

Outre ses déclarations controversées sur les Mexicains, le candidat républicain a des propos qualifiés de xénophobes à l'endroit de la communauté musulmane. Lors des rassemblements durant les élections primaires, à plusieurs reprises, M. Trump a déclaré qu'il avait un « problème » avec les musulmans et a proposé du même souffle de leur barrer l'entrée au pays.

Ces propos avaient évidemment soulevé un tollé au sein de la communauté musulmane américaine, mais aussi à travers le monde.

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?