Retour

Les pharmaciens propriétaires entérinent l'entente avec Québec

Après des mois de bras de fer, les membres de l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) se sont prononcés en faveur de l'entente de principe négociée avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), indique un communiqué publié tard mercredi soir.

Plus de 600 membres de l’AQPP ont voté en faveur de l’accord de principe lors d’un rassemblement à Drummondville.

Cette entente met fin à plusieurs mois de conflit, dont l’origine remonte en avril 2016. Les pharmaciens propriétaires reprochaient au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d’avoir manqué à sa parole en allant à l’encontre de l’entente entrée en vigueur en juin 2015.À l’époque, les pharmaciens avaient accepté de contribuer à l'effort budgétaire du gouvernement Couillard en lui versant 400 millions de dollars sur trois ans.En vertu de cette entente, Québec devait réduire les honoraires des pharmaciens, mais augmenter en contrepartie les allocations professionnelles – les ristournes que leur versent les compagnies pharmaceutiques à l’achat de médicaments – afin de pouvoir compenser la perte de revenus.Si le gouvernement Couillard a réduit les honoraires des pharmaciens de 133 millions de dollars par année, il n’a toutefois pas rempli sa part du marché sur la question des ristournes. Au lieu de retirer le plafond, comme demandé par les membres de l’AQPP, Québec l’a relevé progressivement, laissant un trou dans le budget des pharmaciens.

L’association affirme que 1000 emplois en pharmacie et 3500 heures d’ouverture ont ainsi été perdus à travers la province.

Fin du litigeEn entérinant l’entente de principe, mercredi, l’AQPP permet de mettre un terme au litige qui avait mené à une demande d’arbitrage après l’échec des négociations, en septembre dernier.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux s’engage à annuler les prélèvements de 133 millions de dollars par année sur les honoraires des pharmaciens qui devaient s’étirer jusqu’en 2019.Québec doit aussi mettre un terme au déplafonnement des ristournes, qui permettaient aux fabricants de médicaments génériques de verser en toute légalité n’importe quel montant aux pharmaciens qui leur achetaient des produits. En vertu du nouvel accord, la limite du taux des allocations professionnelles doit être rétablie à 15 %.

Plus d'articles

Commentaires