Retour

Les plus belles images de la science autour du monde

La Royal Photographic Society (RPS) britannique a dévoilé les 100 finalistes retenus cette année par le jury de sa compétition internationale d'images scientifiques.

Un texte d'Alain Labelle

L’organisation a reçu pas moins de 3500 images cette année, une augmentation de 40 % par rapport à 2016. Les gagnants seront annoncés à Londres le 12 septembre.

La règle de base est simple : soumettre une photo visuellement attrayante qui raconte une histoire scientifique captivante.

La compétition était ouverte aux photographes professionnels ou amateurs utilisant des appareils allant des téléphones intelligents à quelques centaines de dollars à des microscopes de plusieurs millions de dollars.

Voici quelques-unes des images finalistes :

Cette image du bout de la patte (tarse) d’un moustique a été captée par Stephen Gschmeissner à l’aide d’un microscope électronique à balayage, et la couleur a été ajustée numériquement.

Elle montre une griffe, un coussinet pulvillaire avec des poils adhésifs et des écailles qui couvrent la majeure partie du corps d'un moustique, mais qui sont particulièrement denses sur leurs jambes, puisqu’elles fournissent une protection et une force de soutien contre l'eau.

Voici la photo d'une épingle de sûreté flottant à la surface de l’eau, prise par Richard Germain. La tension causée par les forces intermoléculaires de l'eau l’empêche de couler, mais la surface de l'eau est courbée par le poids de la broche.

Le cliché « les anges en amour » d’Andrey Narchuk montre une paire de petites limaces de mer, des mollusques marins dépourvus de coquille, que l’on trouve dans les eaux froides du nord des océans Pacifique et Atlantique.

La photographe Daniela Rapava a pour sa part soumis une photo d’une bulle de savon gelée. Elle est composée d’une couche d’eau prise en sandwich entre deux couches de savon. Lorsque la couche d’eau gèle, elle produit de larges dendrites de cristal.

Plusieurs photographies de l’espace se trouvaient dans les images envoyées. Celle-ci, du photographe Dave Watson, a été retenue par le jury. Elle montre les nébuleuses de la Tête de Cheval et de la Flamme de la Constellation d’Orion. La première, plus sombre, se trouve au milieu de la captation, et la seconde, plus brillante, apparaît à gauche vers le bas.

Voici une femelle Simocephalus telle que vue dans l’objectif de Haken Kvarnstrom. Ce gros plan a été obtenu à l’aide d’un microscope électronique à balayage. La daphnie est un petit crustacé mesurant 3 millimètres. Les rondeurs visibles dans son corps indiquent la présence d’œufs.

Gerd Guenther a capté cette image magnifique de coquilles vides de Difflugia amoeba. Ces amibes construisent leurs coquilles à l’aide de matériaux qu’elles trouvent dans leur environnement. Dans ce cas, il s’agit de grains de sable d’environ 0,9 millimètre.

Cette dernière image, prise par Susan Elaine Jones, est composée de photographies de 32 crânes humains datant d’il y a environ 1350 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine