Retour

Les poursuites s’accumulent contre Equifax

La compagnie Equifax, victime d'un piratage massif, n'est pas au bout de ses peines. Outre des poursuites aux États-Unis, elle est visée par une nouvelle action collective au Canada, où le Commissariat à la protection de la vie privée enquête aussi sur le vol de données personnelles.

Le cabinet d'avocats torontois Sotos, qui a déposé la nouvelle action, cherche à obtenir 550 millions de dollars canadiens en dommages et intérêts pour « tous les habitants au Canada dont les informations étaient enregistrées dans les bases de données d'Equifax et obtenues sans autorisation entre le 1er mai et le 1er août 2017 ».

La société américaine d'évaluation de crédit a révélé jeudi dernier qu'une faille dans son système de sécurité informatique avait permis le piratage des données personnelles de 143 millions d'Américains et d'un nombre indéterminé de Canadiens et de Britanniques.

Ces renseignements comprennent notamment des noms, des adresses, des numéros de cartes de crédit ou de sécurité sociale.

La firme d’avocats explique que « la déclaration auprès du tribunal allègue notamment qu'Equifax a rompu son contrat avec les plaignants ainsi que leurs droits à la vie privée » et « a fait preuve de négligence en manipulant leurs informations ».

Cette action survient après celle, « à portée nationale », déposée par le cabinet Merchant Law Group LLP et une autre initiée à Montréal.

Une priorité pour le commissaire à la vie privée

Pour sa part, le Commissariat à la protection de la vie privée a fait savoir mardi qu’il enquêtait en priorité sur ce vol majeur de données afin de s'assurer que les Canadiens sont protégés contre de tels risques à l’avenir.

L'organisme fédéral exige de l'entreprise d'évaluation de crédit d'informer le plus tôt possible les Canadiens dont les informations personnelles ont été subtilisées et qu'elle mette en place des mesures pour les aider.

Dans un message publié sur la version canadienne de son site Internet, Equifax affirme « travailler jour et nuit pour faire le bilan de ce qui s'est produit » et rappelle que « seulement un nombre limité de Canadiens pourrait avoir été touché ».

La compagnie a mis en fonction une page web et un centre d'appels pour gérer la crise, mais ces services ne sont pas destinés aux Canadiens, puisqu'ils ne fonctionnent qu'à partir de numéros de sécurité sociale américains.

Le commissaire à la protection de la vie privée du Canada suggère de communiquer directement par téléphone avec Equifax au 1 877 323-2598 (en français) ou au 1 866 828-5961 (en anglais).

Des poursuites s’organisent aux États-Unis

Plusieurs cabinets d'avocats américains ont aussi annoncé des poursuites contre Equifax. Si une action collective est approuvée, elle pourrait être la plus importante du genre dans l’histoire américaine pour ce qui est du nombre de personnes concernées.

Certains États ont également fait savoir qu’ils entreprenaient leurs propres actions contre Equifax. C'est le cas du Massachusetts, dont la procureure générale Maura Healey a déclaré mardi que le piratage d'Equifax « peut être l'échec le plus cinglant en matière de protection de données des consommateurs ».

Dans sa poursuite, Maura Healey plaidera qu’Equifax a violé les lois de l'État, puisque la firme n’est pas parvenue à maintenir les garanties requises pour protéger les données personnelles.

Par ailleurs, 36 sénateurs ont appelé l'administration Trump à faire la lumière sur la vente de près de 2 millions de dollars d'actions d'Equifax par trois de ses dirigeants, et ce, juste avant que le piratage soit rendu public.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine