La fréquence et la gravité des sécheresses vont augmenter au Canada au cours des prochaines décennies, selon les projections de Ressources naturelles Canada. Les provinces des Prairies sont les plus à risque d'en subir les conséquences.

Alors que les températures estivales continueront d’augmenter, les risques de sécheresse augmenteront en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba, selon le scientifique de Ressources naturelles Canada, David Price.

Le sud de ces provinces est particulièrement vulnérable aux sécheresses. La principale source d'eau pour l'Alberta et ces régions se trouve dans les glaciers des Rocheuses, selon le chercheur à Environnement Canada, Barrie Bonsal.

Une région historiquement aride

La région des Prairies qui s’étend de Calgary à Regina jusqu’à la frontière américaine, nommée le Triangle de Palliser, pourrait particulièrement souffrir du manque d’eau, selon le directeur du Centre d’hydrologie de l’Université de la Saskatchewan, John Pomeroy.

La région a été ainsi nommée en l'honneur de l’explorateur John Palliser qui a conclu, lors de son expédition dans l’Ouest canadien dans les années 1850, que la colonisation devait être évitée dans cette région trop aride.

John Pomeroy fait valoir que les habitants du Triangle de Palliser se sont adaptés à l’assèchement périodique de la région en construisant, par exemple, des fermes situées à bonne distance les unes des autres. Il croit toutefois que l’aggravation des épisodes de sécheresses exercera une pression plus grande sur l’approvisionnement en eau dans les Prairies.

Dans plusieurs régions de l’Ouest, les changements climatiques pourraient aussi entraîner l’expansion de la prairie vers le nord aux dépens de la forêt boréale, selon les projections de Ressources naturelles Canada.

Plus d'articles