Retour

Les Premières Nations sont mal préparées en cas d'incendie, souligne une juge

Les communautés des Premières Nations devraient avoir un meilleur système de protection contre les incendies, a conclu la juge Tracey Lord, chargée d'enquêter sur la mort de trois enfants et d'une personne âgée dans des réserves du nord du Manitoba.

En janvier 2011, l'incendie d'une maison à St. Theresa Point avait causé la mort d'un nourrisson de deux mois. Deux mois plus tard, à God's Lake Narrows, un homme de 73 ans et ses deux petits-enfants étaient aussi décédés dans un incendie.

Dans son rapport final présenté mercredi, la juge Tracey Lord recommande de mettre en place des programmes de formation pour la lutte contre les incendies dans les réserves et de s'assurer de faire des inspections régulières afin de prévenir les feux.

Elle indique aussi que le service d'urgence 911 devrait être établi sur toutes les réserves.

Sheila North Wilson, la grande chef de MKO (Manitoba Keewatinowi Okimakanak), qui représente les Premières Nations du nord de la province, note toutefois que le service 911 est inutile s'il n'y pas suffisamment de personnel formé pour répondre aux appels d'urgence.

Un manque de ressources

L'enquête sur la mort de ces quatre personnes en 2011 a révélé que les réserves étaient très mal préparées face aux incendies.

À titre d'exemple, lorsque l'incendie de St. Theresa Point s'est déclaré, le camion de pompiers de la communauté n'était pas fonctionnel et était entreposé dans un garage, sans boyaux d'arrosage. Personne ne savait où étaient les clés.

Plus d'articles

Commentaires