Retour

Les prix élevés de l'électricité en Ontario pourraient coûter cher aux libéraux de Kathleen Wynne

En Ontario, les factures d'électricité sont de deux à trois fois plus chères qu'au Québec. Les tarifs ontariens ont doublé en 10 ans. Les ménages se sentent coincés et promettent de défaire le gouvernement Wynne lors des élections législatives, en juin 2018.

Un texte de Christian Noël

Françoise Roy nettoie des carottes, pèle des pommes de terre et coupe ses fèves jaunes. Elle prépare le souper pour elle et son mari Damien. C’est une journée chaude, l’air est lourd dans la cuisine, mais le climatiseur reste éteint. « L’électricité dans la région, c’est extrêmement dispendieux », lance Damien.

Le couple de retraités vit dans le Témiscamingue ontarien, le long de la rivière des Outaouais. Les deux retraités font beaucoup d’efforts pour contrôler leur facture d’électricité, été comme hiver.

Les fenêtres et l’isolant sont assez récents. L’éclairage fonctionne aux ampoules DEL. « On lave à l’eau froide. La sécheuse, on ne s’en sert jamais. On étend sur une corde à linge dans la cave l’hiver, et dehors durant l’été. »

Malgré tous leurs efforts pour diminuer leur consommation d’électricité, Françoise et Damien reçoivent des factures « salées ». La compagnie Hydro One leur réclame environ 500 $/mois l’hiver, et 300 $/mois l’été.

« Même à la retraite, confie Damien, si je veux payer mon compte à temps, il faut que je travaille à temps partiel pour boucler les fins de mois. »

Deux fois moins cher au Québec

La fille de Damien, Stéphanie, vient d’aller chercher sa fille à la garderie. À la maison, le climatiseur ronronne, la télé est allumée. Au sous-sol, il y a une brassée de linge dans la laveuse et dans la sécheuse.

« Pourtant, ma facture d’électricité est deux fois moins chère que celle de mes parents, indique Stéphanie, parce qu’on vit de l’autre côté de la rivière, au Québec. » Son mari, Daniel Lalonde, renchérit :

En fait, les ménages ontariens sont ceux qui dépensent le plus pour leur facture d'électricité au pays.

Privatisation et frais de livraison

En comparant les factures de Damien et de Daniel, on voit rapidement la différence. Pour Hydro One en Ontario, le prix par kilowattheure est deux fois plus élevé que chez Hydro Québec

De plus, Hydro One impose des frais de livraison importants, qui représentent souvent la moitié de la facture. Au Québec, il n’y a aucuns frais de livraison sur la facture.

Les tarifs sont plus élevés en Ontario, dit le gouvernement, parce que les infrastructures ont été remises à neuf, les centrales au charbon ont été fermées, et les contrats éoliens et solaires ont coûté plus cher.

Résultat : les factures d’électricité ont doublé en 10 ans. Et la grogne prend de l’ampleur aux quatre coins de l’Ontario. Des manifestations s’organisent, les groupes Facebook se multiplient.

Et la récente privatisation partielle d’Hydro One ajoute de l’huile sur le feu, affirme Damien Roy.

Des rabais qui coûtent cher

Sentant la soupe chaude à l’approche des élections, la première ministre Kathleen Wynne a annoncé des rabais de 25 % sur les factures d’électricité.

Selon le Bureau de la responsabilité financière de l’Ontario, la série de mesures coûtera 45 milliards de dollars en 10 ans au trésor ontarien, et finira, à long terme, par coûter plus cher aux contribuables.

Damien Roy demeure sceptique face aux efforts du gouvernement Wynne.

« Les rabais, on ne crachera pas là-dessus, dit-il. Une piastre, c’t’une piastre. » Mais il ajoute : « Aux prochaines élections, il doit y avoir un réveil de la population. Il ne faut pas se laisser endormir par ces réductions bidon. »

Plus d'articles

Commentaires