Retour

Les proches aidants veulent que leur contribution soit reconnue

Le Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ) estime qu'il y a urgence et qu'il faut agir pour reconnaître le travail des proches aidants et leur assurer le soutien nécessaire.

L’organisation recommande notamment de leur accorder une aide financière sous forme d’allocation, de subvention et de remboursement d’impôt.

Chacun d’entre eux perd en moyenne un revenu d’environ 16 000 $ par année, fait valoir le RANQ.

« Les gens ne veulent pas s'enrichir, mais ils ne veulent pas s'appauvrir non plus », souligne la présidente du Regroupement des aidants naturels du Québec, Johanne Audet.

Les proches aidants sont des « alliés incontournables » et remplacer leurs millions d’heures effectuées coûterait entre 4 et 10 milliards de dollars par année au gouvernement du Québec, soutient le Regroupement.

Il réclame par ailleurs une plus grande reconnaissance des droits des proches aidants ainsi qu’un meilleur accès à des services d’aide.

La mise en place d'un plan concret passe par la création d’une commission interministérielle qui inclurait « différents acteurs et organismes communautaires », soutient l’organisation.

Selon elle, cette commission permettrait d’établir des paramètres opérationnels et financiers précis pour l’élaboration d’une stratégie nationale de soutien aux proches aidants.

Les porte-parole en matière de santé du Parti québécois, de la Coalition avenir Québec et de Québec solidaire ont tous donné leur appui à ces propositions.

Plus d’un Québécois sur quatre assure le rôle de proche aidant pour un ou plusieurs membres de son entourage, selon Statistique Canada.

Plus d'articles