Retour

Les provinces jettent les bases d'une stratégie « Fox News » pour le libre-échange

Après l'utilisation du bâton par Ottawa, les chefs des gouvernements provinciaux et territoriaux se tournent vers la carotte économique dans le dossier du libre-échange avec les États-Unis.

Réunis jeudi à Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick, dans le cadre d'une rencontre du Conseil de la fédération, les 13 dirigeants politiques ont convenu d'une stratégie afin de rallier à leur cause les opposants du libre-échange qui se trouvent au sud de la frontière.

Le premier ministre hôte Brian Gallant ainsi que son homologue du Québec Philippe Couillard ont tous les deux parlé d'une approche « Fox News », du nom de la chaîne de télévision américaine ultra-conservatrice. Le but est évidemment de convaincre les partisans du président américain Donald Trump.

« Plutôt que de parler au New York Times, nous devons discuter avec les médias qui n'appuient pas l'idée que les échanges commerciaux entre Ottawa et Washington sont d'une grande importance », a dit M. Gallant, jeudi.

L'objectif, ajoute Philippe Couillard, est de « [leur] faire réaliser l'importance de ce commerce pour eux-mêmes, pour les États et les villes qu'ils connaissent très bien ».

Pas question, toutefois, de délaisser les entretiens habituels avec les décideurs, a insisté Brian Gallant. C'est pourquoi le Conseil de la fédération s'est aussi entretenu avec l'ambassadeur canadien à Washington, David MacNaughton, jeudi.

Multiplier les débouchés

On comprend donc que cette main tendue par les provinces implique qu'elles fassent front commun face à une administration américaine engagée sur la voie du protectionnisme.

Mais elles devront aussi maximiser les échanges commerciaux entre elles afin de diversifier leurs marchés d'exportation au-delà des États-Unis, d'où l'importance, a rappelé Philippe Couillard, de maximiser les transactions commerciales.

Cette maximisation doit notamment se faire entre le Québec et l'Ontario. « C'est plus de la moitié de la population, plus de la moitié de l'économie [du pays] », a-t-il souligné avant d'ajouter qu'il est question de « deux économies fortement intégrées ».

« Nos agriculteurs, nos entrepreneurs, nos travailleurs veulent que cela continue, et veulent même que l'on accentue l'intégration, compte tenu des enjeux actuels du commerce entre le Canada et les États-Unis », a lancé M. Couillard.

Sa relation avec le nouveau premier ministre ontarien Doug Ford s'appuiera donc, a-t-il indiqué, sur l'importance des liens économiques entre les deux provinces.

Le Conseil de la fédération a d'ailleurs reçu une invitation du premier ministre Justin Trudeau pour une rencontre à Ottawa cet automne afin d'aborder la question du libre-échange entre les provinces.

M. Trudeau a aussi déclaré, jeudi, qu'il trouve peu logique que les entreprises étrangères aient un accès plus facile aux marchés canadiens que les entreprises canadiennes aux marchés provinciaux.

Selon Ottawa, ce commerce intérieur engrange des sommes de l'ordre de 370 milliards de dollars, soit environ 20 % de la production économique nationale.

Une harmonisation réclamée par les entreprises

Au pays, ce serait 87 % des chefs d'entreprises qui souhaitent voir Ottawa et les provinces s'entendre pour mettre un terme aux barrières tarifaires à l'intérieur même du pays.

Chez les entreprises effectuant des transactions interprovinciales, 31 % jugent se buter à des « obstacles importants », avance Bruno Leblanc, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

M. Leblanc explique qu'en adoptant l'Accord de libre-échange canadien (ALEC), en avril 2017, les provinces ont mis à jour un accord qui existait déjà et qui était jugé déficient par plusieurs.

« Il y a un coût à trimbaler le boulet du manque d'harmonisation », lance-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine