Les Québécois prennent des vacances de plus en plus courtes, révèle un sondage réalisé par la firme Léger pour le compte de CAA-Québec.

Ainsi, 35 % des Québécois prévoient prendre une pause d'une semaine ou moins, comparativement à 29 % en 2015. Dans le même ordre d'idées, 31 % des répondants comptent faire une pause deux semaines, contre 38 % l'an dernier.

L'organisme souligne que les 18-24 ans font exception à la règle : 23 % d'entre eux envisagent de profiter de vacances pendant un mois et plus.

Pas moins de 46 % des Québécois prévoient par ailleurs un budget de moins de 1000 $ pour leurs vacances.

La faiblesse du huard, le bonheur de l'industrie du tourisme

Le sondage confirme sans surprise que la dépréciation du huard par rapport au dollar américain continuera de faire le bonheur de l'industrie touristique canadienne.

Pas moins de 58 % des Québécois prévoient passer leur été au Québec, un résultat similaire à celui de l'an dernier.

La proportion des vacanciers qui comptent se rendre aux États-Unis est par ailleurs en chute libre, passant de 21 % à 10 % depuis 2014.

« Les voyageurs sont sensibles à la valeur du dollar canadien et modulent leurs habitudes en conséquence », commente Angelina Miconiatis, directrice principale des produits voyages à CAA-Québec.

« Au moment d'effectuer ce sondage, celle-ci oscillait autour de 79 ¢, alors qu'elle était de 82 ¢ en 2015 et de 92 ¢ en 2014, souligne-t-elle. L'impact est important et on comprend bien que certains optent davantage pour des destinations d'ici. »

Les vacanciers qui demeureront dans la province visiteront principalement la région de Québec (20 %), le Saguenay-Lac-Saint-Jean (16 %) et la région de Montréal (15 %).

Ceux qui opteront pour une autre province canadienne (13 %) iront principalement en Ontario (57 %), qui se place loin devant le Nouveau-Brunswick (17 %) et la Colombie-Britannique (15 %).

Des conseils avant de prendre la route

CAA-Québec profite de l'occasion pour inviter les Québécois à faire inspecter leur véhicule avant de prendre la route. Seul le quart d'entre eux entendaient le faire.

« Peu de gens savent que les grandes chaleurs estivales épuisent et endommagent la batterie en moyenne 33 % plus vite », précise Jesse Caron, expert automobile à CAA-Québec. « De même, une vérification des fluides, plus particulièrement le liquide de refroidissement, peut nous sauver bien des tracas en cours de route. »

L'organisme incite en outre les vacanciers qui sortiront du Québec à se munir d'une assurance voyage; 13 % des Québécois le font, et cette proportion atteint 24 % chez les 18-24 ans.

« Même si une majorité de ceux qui voyagent sans assurance soins médicaux (65 %) visiteront une autre province canadienne, les gens semblent oublier que nous ne sommes pas couverts dès que les frontières du Québec sont franchies », rappelle Suzanne Michaud, vice-présidente des assurances à CAA-Québec.

« Les soins d'urgence pour une simple insolation en Ontario peuvent coûter 700 $. Aux États-Unis, les frais d'hospitalisation correspondent parfois à des dizaines de milliers de dollars! »

Le sondage Léger a été réalisé en ligne auprès de 1000 Québécois du 22 au 28 avril dernier. Il est donc non probabiliste et ne comporte pas de marge d'erreur.

Plus d'articles

Commentaires