Retour

Les refuges de Winnipeg testent un nouveau logiciel pour aider les sans-abri

Lorsque le temps se refroidit et que les vents froids soufflent, une nouvelle base de données aide les refuges de Winnipeg à accueillir les gens les plus vulnérables de la ville et à leur offrir des lits chauds.

Winnipeg est la deuxième ville du pays à faire l'essai d'un programme appelé « Homeless Individuals and Families Information System. »

« C'est ennuyeux, c'est une base de données. Mais ce qu'elle peut faire pour la communauté est vraiment incroyable », a déclaré Mark Stewart, coordonnateur des services résidentiels à l'Armée du Salut au centre-ville de Winnipeg.

Le logiciel en ligne est partagé entre Siloam Mission, l'Armée du Salut et Main Street Project.

La police de Winnipeg dit que le froid peut avoir été un facteur dans la mort d'une femme de 53 ans, retrouvée inconsciente au sol dimanche sur l'avenue Portage après une nuit où l'indice de refroidissement était de -32.

« En utilisant un système comme celui-ci peut-être que ce type de situation diminuera. Je pense que c'est ce que nous voulons faire avant tout », a déclaré le coordonnateur des services résidentiels à l'Armée du Salut.

Les refuges ont commencé à utiliser la base de données en novembre et maintenant, à n'importe quel moment de la journée, ils peuvent regarder un écran d'ordinateur et voir l’état de chaque refuge.

Par exemple, si Siloam Mission est rempli, mais que l’Armée du Salut est à moitié plein, le personnel sait immédiatement qu'ils peuvent transférer des personnes.

« Il fait tellement froid que c’est bénéfique », dit Mark Stewart. « Nous utilisons quand même le téléphone et appelons les gens. Nous nous assurons que les personnes ne sont pas renvoyées dans la rue. En ce moment la priorité est de s'assurer que tout le monde est dans un endroit chaud et sécuritaire », ajoute-t-il.

La mise en œuvre du logiciel d’Emploi et Développement social Canada a nécessité deux ans de planification entre les trois refuges et le Conseil de planification sociale de Winnipeg. Les organisations devaient décider quelles informations seraient partagées et qui y aurait accès.

Mark Stewart dit que le logiciel montre actuellement le pourcentage de lits remplis dans les refuges et les informations personnelles des clients ne sont pas partagées avec d'autres agences.

Les renseignements généraux sont toujours recueillis auprès du client, y compris le nom, la date de naissance et les contacts d'urgence, mais ils auront la possibilité de partager ou non ces renseignements avec les autres refuges.

Le logiciel peut aussi envoyer une alerte aux autres refuges si quelqu'un se comporte dangereusement.

Chez Main Street Project, le personnel reçoit une formation sur le programme qui sera pleinement mis en œuvre en janvier. Viktoria Westgate, directrice des services intégrés et des dépendances de Main Street Project, a déclaré que le logiciel aidera également à faire le suivi des besoins médicaux et du nombre de séjours passés dans des refuges.

« Les clients sont très transitoires, ils vont d'un abri à l'autre. Donc, si quelqu'un a oublié ses médicaments ailleurs nous serons en mesure de voir s'ils sont dans un autre abri », dit-elle. Viktoria Westgate ajoute que la base de données aidera les organismes à travailler ensemble, ce qui encouragera les itinérants à utiliser les refuges.

Plus d'articles

Commentaires