Retour

Les rescapés d’un naufrage au large de l’Égypte témoignent de la tragédie

Les témoignages des rescapés du naufrage d'un bateau chargé de migrants en Méditerranée, au large des côtes égyptiennes, donnent une idée sur l'ampleur du drame qui a fait pour le moment 42 morts.

Seules 163 personnes ont pu être secourues sur les 450 personnes qui se trouvaient sur le bateau de pêche. Et le bilan risque de s'alourdir selon les autorités médicales égyptiennes.

Ahmed Mohamed est un peintre en bâtiment égyptien de 27 ans. Il fait partie des rescapés. Couché sur son lit d'hôpital, mains menottées par la police de son pays, il décrit la scène : « On était 200, le bateau était déjà bondé; 200 autres sont encore arrivés. Le bateau a penché sur le côté et a commencé à couler ».

Mohamed Metwali qui a déboursé 5000 euros (7360 dollars canadiens) est moins chanceux qu'Ahmed Mohamed.

Ce père de famille, qui rêvait d'offrir une vie meilleure en Europe à sa famille, a vu périr sa femme et son fils.

« Il n'y a que moi qui aie survécu, et j'aurais préféré mourir avec eux », confie en larmes l'Égyptien de 27 ans, allongé aussi sur son lit d'hôpital avec les mains menottées comme son patriote Ahmed. « J'ai risqué ma vie, celle de ma femme et mon fils », lance-t-il, en retenant ses larmes. 

Allongé près de M. Metwali, Badr Abdel Hafez, 28 ans, lui aussi  est en pleurs. Il a vu périr sa femme et ses trois enfants.

Les autorités médicales locales craignent aussi le pire. « Sur le bateau, il y a une soute où était entreposé le poisson qui n'a pas encore été ouverte. Il doit y avoir plein de monde à l'intérieur », déclare un responsable.

Dans cette soute, il y avait environ une centaine de personnes, selon d'autres témoignages de rescapés, qui déplorent par ailleurs la « surcharge » du bateau et l'arrivée tardive des secouristes sur le lieu du naufrage.

Les passeurs arrêtés

Jeudi matin, les familles des disparus ont envahi la plage de la ville de Rosette (lieu du naufrage) pour avoir les nouvelles de leurs proches. Certains lisent le coran dans l'espoir de les retrouver.

Quatre passeurs égyptiens ont été arrêtés et sont accusés de « trafic d'êtres humains » et « homicide involontaire » a fait savoir le gouvernement égyptien.

L'Égypte est devenue désormais un point de départ pour beaucoup de migrants clandestins qui tentent de regagner l'Europe à travers la Méditerranée. Depuis le début du printemps, des centaines de personnes à bord d'embarcations de fortune ont été secourues ou interceptées par les gardes-côtes.

Ce drame augmente le nombre de morts de migrants dans la méditerranée, devenue un mouroir et un grand cimetière maritime. Plus de 10 000 migrants ont perdu la vie en Méditerranée depuis 2014, dont plus de 3200 depuis le début de 2016, selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine