Retour

Les sinistrés de Fort McMurray évacués plus au sud et « pour longtemps »

EN DIRECT - La vaste opération qui vise à ramener vers le sud les 25 000 évacués du feu de Fort McMurray qui se trouvent dans des camps de travailleurs au nord de la ville dévastée se poursuit. La province souhaite rapatrier 7000 évacués vers le sud vendredi.

Jeudi, 4000 personnes ont été transportées par avion vers les villes du sud, soit la moitié moins que le nombre espéré par la province.

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley dit que la priorité est d'acheminer du carburant au nord de la ville, dans les camps où se trouvent encore plus de 20 000 travailleurs pétroliers et résidents évacués. L'avion est le seul moyen de transport pour l'heure, le brasier ayant rendu impraticable l'autoroute 63, le seul accès terrestre au sud de Fort McMurray.

Les autorités réévalueront vendredi s'il est dorénavant sécuritaire d'emprunter cette autoroute pour sortir les évacués des camps du nord, a promis Rachel Notley. Si c'est le cas, un premier convoi de 400 véhicules serait escorté par la GRC vers des communautés plus au sud, dont Edmonton.

À lire aussi :

Devant les craintes de certains évacués d'être pris au piège dans les camps, la première ministre a voulu se faire rassurante, tandis que les services d'urgences ont nié que l'ordre d'évacuation avait été donné trop tard. « Les centres d'évacuation à travers la province ont beaucoup de ressources, a-t-elle dit, [et ces] centres d'urgence sont des solutions temporaires. »

Jeudi, l'agence albertaine des situations d'urgence a indiqué que les pétrolières de la région étaient prêtes à mettre leurs avions à contribution et qu'un gros appareil Hercule de l'armée canadienne est disponible pour la vaste opération.

Rachel Notley assure que la province travaille avec plusieurs partenaires, dont les universités, pour l'hébergement des sinistrés.

La patience est de mise pour les évacués

Rachel Notley a affirmé, jeudi soir, en conférence de presse, que les autorités ne pouvaient pas prédire à quel moment il serait sécuritaire pour les résidents de revenir dans la ville, disant seulement que « ce ne serait pas une question de jours ».

La première ministre a souligné que même lorsque l'incendie sera maîtrisé, les responsables auront besoin de temps pour vérifier l'état des bâtiments et structures afin d'assurer la sécurité des gens revenant sur les lieux. Elle a indiqué qu'il y aurait davantage d'information dans les prochains jours sur l'aide concrète pour les exilés, notamment pour ce qui est des liquidités et des solutions de logement.

« Jusqu'à maintenant, je dois dire que les gens ont été extraordinaires, a-t-elle dit mercredi soir après avoir visité des citoyens déplacés, dans un amphithéâtre d'Edmonton. Ils ont été très patients. Ils ont suivi les ordres qu'on leur avait donnés. Ils se concentrent sur la façon de prendre soin les uns des autres, de leur famille et de leurs voisins. »

Seule la pluie pourrait éteindre le feu

L'immense feu de forêt qui ravage la région de Fort McMurray est passé de 75 à 850 kilomètres carrés en moins de 24 heures et se déplace toujours vers le sud-est. Il ne croît toutefois pas aussi rapidement que mercredi, a précisé Rachel Notley.

« Peu importe l'importance des ressources déployées, je ne pense pas qu'on puisse éteindre ce feu », affirme le spécialiste des feux de forêt Tom Burton. Selon M. Burton, le feu est rendu si fort et puissant qu'il sera difficile, voire impossible, d'en venir à bout grâce aux efforts humains.

En tout, 41 feux brûlaient jeudi dans la province. Ils ont en majorité été allumés par des activités humaines et les services provinciaux d'incendie demandent aux Albertains d'être extrêmement prudents. « Nous avons encore quelques jours très chauds devant nous », a pour sa part mis en garde Chad Morrisson, le directeur du service des incendies.

Suivez nos reporters en direct sur le terrain

Des dommages importants

La première ministre dit que le feu de Fort McMurray a causé des dommages beaucoup plus importants que celui de Slave Lake en 2011, mais qu'il est encore trop tôt pour faire une vraie comparaison parce qu'on ne connaît pas l'étendue des dommages.

À Fort McMurray, le feu a déjà détruit des quartiers entiers, laissant derrière lui un paysage de désolation. Les services d'urgence albertains ont indiqué que l'incendie épargnait encore le centre-ville grâce aux efforts des pompiers.

Le bilan de 1600 bâtiments détruits à Fort McMurray, annoncé mercredi, n'a pas encore été mis à jour, car les pompiers n'ont pas le temps de faire le décompte.

Des bâtiments de l'aéroport de Fort McMurray ont subi des dommages légers. Celui-ci était toutefois toujours utilisé jeudi pour les services d'urgence.

Les infrastructures pétrolières et gazières sont peu touchées par le feu, même si certaines ont fermé ou ralenti leurs opérations.

Des évacués ont dû fuir deux fois

Durant la nuit de mercredi à jeudi en raison du feu qui ne cessait de croître vers le sud-est, la ville d'Anzac, où ont été accueillis de nombreux sinistrés de Fort McMurray, a dû être à son tour évacuée. 

Les rues d'Anzac sont désormais désertes. Les policiers, qui ont frappé à chacune des portes de la municipalité située à 45 km au sud de Fort McMurray pour ordonner aux résidents d'évacuer, ont été les derniers à quitter la ville.

Outre les 714 citoyens d'Anzac, les autorités ont dû déplacer un centre de réfugiés qui accueillait des sinistrés de Fort McMurray, ainsi que le centre des opérations d'urgence des pompiers et des policiers. Tous ont trouvé refuge à Lac Labiche, à quelque 245 km au sud d'Anzac.

La résidente de Fort McMurray Donna Guillamot s'était réfugiée au centre de réfugiés mardi. « Je croyais être en sécurité ici, je vais être obligée d'aller à Edmonton. C'est très stressant de ne pas savoir ce qui est brûlé ou pas, quand on pourra rentrer. On voit des flammes rouges. Cela fait peur », a-t-elle raconté.

Des autobus ont quitté Anzac pendant que des résidents fuyaient à bord de leur propre véhicule.

Un sinistré qui fuyait un quartier de Fort McMurray pour trouver refuge à Anzac, mercredi, a indiqué que les flammes étaient très près de l'autoroute et que des arbres tombaient de chaque côté de la route. « C'était comme dans un film! » Il a maintenant quitté Anzac.

De nombreux sinistrés l'ayant imité sur la route du sud, fuyant les flammes, ont manqué d'essence et se sont retrouvés coincés le long de l'autoroute.

Ottawa donnera l'équivalent des dons faits par ses citoyens

Le gouvernement fédéral donnera une somme équivalente aux dons faits par les Canadiens à la Croix-Rouge pour aider les évacués de Fort McMurray. L'organisme dit avoir déjà reçu 11 millions de dollars en dons pour les sinistrés.

L'Alberta a décrété l'état d'urgence provincial mercredi pour faire face à la plus importante évacuation liée à un feu de forêt de toute l'histoire de la province. Le feu de Fort McMurray a forcé l'évacuation de 80 000 résidents. L'armée est sur un pied d'alerte et demeure disponible, mais le gouvernement albertain n'a pas pour l'instant requis ses services, si ce n'est pour évacuer par hélicoptère une quinzaine de résidents coincés par le brasier.

Jusqu'à maintenant, aucun blessé grave n'est à déplorer à cause du feu. Personne ne manque à l'appel non plus. Un avis de faire bouillir l'eau est en vigueur depuis 11 h (HAR) mercredi pour toute la région de Fort McMurray, y compris les camps de travailleurs où se trouvent présentement des milliers d'évacués.

Feu de forêt à Fort McMurray

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine