Retour

Les sites de location d'appartements, pas toujours une aubaine

Des vacanciers perdent parfois temps et argent en croyant faire des économies grâce aux sites de location d'appartements HomeAway et AirBnb.

Un texte de François Dallaire à La facture

Pour ses vacances d'été à Londres, la Franco-Ontarienne Mireille Messier cherchait un appartement assez grand pour loger sa famille et celle d'un couple d'amis.

Elle a consulté le site Internet HomeAway, une vitrine virtuelle de location de logements privés présente dans 190 pays. Elle se sentait en confiance, d'autant que son couple d'amis connaissait le site.

Génial, mais tout de même inquiétant pour cette mère de famille, car il faut payer la location dès la réservation. Pour les clients inquiets, HomeAway se fait rassurant. « Toutes nos annonces sont garanties contre la fraude », peut-on lire sur la page d'accueil du site Internet.

Elle déniche un appartement de quatre chambres pour quatre nuits à 4400 $CA, une occasion à ne pas rater, car il est situé en plein cœur de Londres.

Sur HomeAway, le mode de paiement est au choix du propriétaire. Mireille Messier se rend à sa banque, car à Londres, le propriétaire a opté pour le virement bancaire. La banque se donne 48 heures pour effectuer le transfert.

Quelle garantie en cas de fraude?

C'est alors qu'elle reçoit une alerte de HomeAway disant : « Attention, arrêtez toute transaction avec les propriétaires de cette propriété, on pense que ce n'est pas une vraie maison, ni une vraie location ».

Mireille Messier. Photo : ICI Radio-Canada

Elle se tourne vers HomeAway, puisque « toutes les annonces sont garanties contre la fraude ». Mais elle apprend qu'en cas de pépin, dans sa situation, cette garantie est limitée à 1000 $ maximum.

« Là, vraiment, ils ne respectent pas leurs promesses », affirme Pierre Trudel, professeur de droit à l'Université de Montréal. Selon lui, HomeAway devrait indemniser sa cliente en totalité. « Quand on dit "garantie", ça veut dire non seulement qu'on pense qu'aucune de nos publicités n'est frauduleuse, mais en même temps, s'il y en a une, bien on va vous indemniser. »

Nous avons joint Carl Shepherd, cofondateur de HomeAway, au siège social situé au Texas. « Chaque annonce est garantie contre la fraude. Cette femme est admissible à la garantie de base. »

Pour avoir une garantie de 10 000 $, il aurait fallu qu'elle achète une protection au montant de 121 $, ce qu'elle ignorait. « Les voyageurs ont la possibilité d'acheter une garantie qui offre une protection complète. Elle a choisi de ne pas augmenter l'étendue de sa garantie. Elle doit alors se contenter de la garantie de base. »

Photo : ICI Radio-Canada

Des fraudeurs aussi chez AirBnb

Mireille Messier s'est remise à la recherche d'un autre appartement, cette fois sur le site AirBnb, le concurrent de HomeAway.

Mais elle ignore que, là aussi, les fraudeurs peuvent parvenir à leurs fins. Un Lavallois l'a appris à ses dépens. L'appartement qu'il a loué à New York n'existait pas. Pire, AirBnb a annoncé que le même appartement était disponible en Australie. Et même en Angleterre.

Quant à Mireille Messier, elle a été chanceuse dans sa malchance avec HomeAway, car sa banque a réussi à interrompre le transfert d'argent bancaire. Elle a donc retrouvé le sourire et elle est revenue enchantée de son voyage en Angleterre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine