Retour

Les sucres seront plus explicites sur les étiquettes de valeurs nutritives

Vous pourrez bientôt mieux connaître la quantité de sucre que vous consommez. En effet, l'étiquetage des aliments va changer cette année, et deux modifications touchent avant tout le sucre.

Un texte d'Alain RoyCourriel de L'épicerie

Sur quelque 20 000 aliments transformés vendus en épicerie, près de 80 % contiennent du sucre ajouté sous une forme ou une autre. Comme il est disponible pour l'industrie sous plus de 60 noms différents, le sucre est un ingrédient qui peut être difficile à repérer par le consommateur.

Or, Santé Canada a entrepris en 2013 des consultations pour moderniser le règlement sur l'étiquetage, vieux de dix ans.

Les sucres seront regroupés

Parmi les changements qui touchent le sucre, le premier concerne la liste des ingrédients. « On a proposé de regrouper tous les ingrédients à base de sucre, par exemple la mélasse, la cassonade, le miel et les sirops sous le terme sucre », explique Alfred Aziz, chef de la Division des règlements et des normes en nutrition à Santé Canada.

Le pourcentage de la valeur quotidienne

Le second changement concerne le tableau des valeurs nutritives, avec un ajout important à la ligne des sucres.

« À côté de la quantité indiquée en grammes pour les sucres totaux, nous suggérons d'exiger dorénavant une déclaration du pourcentage de la valeur quotidienne sur une base de 100 grammes », affirme Alfred Aziz, chef de la Division des règlements et des normes en nutrition à Santé Canada.

Selon lui, il s'agit d'une information importante qui sera utile au consommateur, parce qu'elle va l'aider à distinguer les produits qui contiennent beaucoup de sucre de ceux qui n'en contiennent pas beaucoup. « Pour n'importe quel élément nutritif, 15 % et plus de la valeur quotidienne est un apport important et 5 % et moins est un apport mineur », précise-­t-­il.

Comment distinguer les sucres naturels des sucres ajoutés?

Pour Corinne Voyer, directrice de la Coalition québécoise sur la problématique du poids, cette dernière proposition crée un irritant, puisqu'on ne distingue pas les sucres présents naturellement dans les aliments des sucres ajoutés.

Quelle que soit sa provenance, Santé Canada considère toutefois que du sucre, c'est du sucre. « Qu'il soit ajouté ou naturellement présent, le sucre est métabolisé de la même façon dans notre corps », soutient M. Aziz.

« Et comme on ne peut pas distinguer l'un de l'autre chimiquement en analyse de laboratoire, il serait impossible pour l'Agence canadienne de vérifier l'exactitude des données déclarées dans les tableaux de valeurs nutritives », poursuit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine