Retour

Les syndiqués du CP pourraient déclencher la grève dès mardi

Les chefs de trains, les mécaniciens et les travailleurs affectés à l'entretien de la signalisation du Canadien Pacifique (CP) ont déposé samedi un préavis de grève à leur employeur, laissant planer la menace d'une grève qui serait déclenchée dès le mardi 29 mai, à 22 h.

Ces travailleurs, représentés par la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) et le Conseil de réseau no. 11 de la Fraternité internationale des ouvriers en électricité (FIOE), avaient rejeté la veille les plus récentes offres patronales.

Quelque 3000 chefs de train et mécaniciens ont voté à 98,1 % pour rejeter l'offre patronale, tandis que 360 employés de la division de la signalisation et des communications ont plutôt approuvé le déclenchement d'une grève à hauteur de 97,2 %.

Mais « à peine un jour après que les travailleuses et travailleurs ont rejeté les dernières offres de l’entreprise, le CP refuse toujours de négocier de façon sérieuse », ont déploré les syndicats dans un communiqué publié samedi.

Les deux syndicats s'engagent toutefois à travailler avec les médiateurs fédéraux afin de parvenir à une entente négociée et à rester à la table de négociations au-delà de la date de déclenchement de la grève du 29 mai.

L'entreprise a indiqué de son côté qu'elle avait lancé son plan de contingence en cas d'arrêt de travail. Elle compte ralentir ses activités.

« Le CP continuera de rencontrer la CFTC et la FIOE dans l'espoir de conclure une entente dans le meilleur intérêt de toute la famille du CP, ses clients, ses actionnaires et l'ensemble de l'économie nord-américaine », pouvait-on lire sur son site web samedi après-midi.

Une négociation qui traîne en longueur

Voilà quelques mois que les conventions collectives des employés sont échues; en avril, déjà, les parties patronale et syndicale avaient évité la grève, en attendant que les syndiqués se prononcent sur les offres patronales.

Le possible conflit de travail survient alors que les transporteurs ferroviaires du pays – le Canadien Pacifique et le Canadien National – peinent à répondre à la demande pour le transport du grain, de la potasse et d'autres produits, particulièrement dans l'ouest du pays.

Le syndicat assure toutefois qu'en cas de grève, le service de transport de passagers ne serait pas affecté, y compris les trains de banlieue de Montréal, Toronto et Vancouver.

Entre autres points de litige, les employés dénoncent une charge de travail qu'ils qualifient de trop élevée, ce qui entraînerait une importante fatigue, voire poserait des problèmes en matière de santé et sécurité au travail, avance le syndicat.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine