Retour

Les transporteurs s'activent pour rapatrier les voyageurs avant le passage d’Irma

Alors qu'Irma atteint les Caraïbes, les compagnies aériennes avancent et multiplient les vols mercredi pour évacuer les vacanciers canadiens qui s'y trouvent.

Air Transat dit avoir envoyé 10 avions en République dominicaine pour rapatrier ses quelque 2000 voyageurs qui ont commencé à rentrer au pays. Les derniers rapatriés arriveront au Canada en début de soirée.

Les voyageurs qui devaient partir en République dominicaine, à Cuba ou en Haïti au cours des prochains jours devraient vérifier l’état de leur vol auprès d'Air Transat. La compagnie aérienne indique sur son site Internet que « la politique Ouragan de Transat est mise en place pour les vols jusqu'au 11 septembre 2017 ».

Un autre transporteur canadien, WestJet, a fait de même en affrétant trois appareils pour récupérer ses voyageurs dans les Caraïbes. « Le nombre d’avions est suffisant pour rapatrier le nombre d’invités que nous avons dans nos destinations », a déclaré le porte-parole de l’entreprise, Robert Palmer.

Air Canada a également ajouté des vols pour permettre à ses clients de revenir au pays.

Les clients peuvent revenir plus tôt que prévu à bord de vols supplémentaires au départ de la République dominicaine, de Cuba ainsi que de Fort Lauderdale et Miami, en Floride.

« Nous avons aussi mis en place des bas tarifs spéciaux pour toute personne qui n’avait pas de réservation avec nous, mais qui désire quitter les lieux avant l’arrivée de l’ouragan », ajoute la relationniste d’Air Canada, Isabelle Arthur.

Du côté du voyagiste Sunwing, les vols qui devaient quitter Saint-Martin le 7 septembre sont partis en avant-midi, indique l’entreprise. Tous les autres vols à destination de cette île sont annulés pour le reste de la semaine, puisque la tempête la touche maintenant de plein fouet.

En partance de la République dominicaine, les vols prévus mercredi décolleront comme d’habitude. Des avions supplémentaires ont été mis à la disposition des passagers qui souhaitent revenir plus tôt à la maison.

Sunwing, qui surveille la situation à Cuba, y maintient ses vols dans les deux directions. Les passagers qui devaient s’envoler jeudi ou dimanche peuvent changer les dates de leur voyage ou leur itinéraire.

Des vacances écourtées pour un couple de Dorval

Les vacances n’auront pas été de tout repos pour Patrick Hanley et sa conjointe. Ce couple revient au Canada moins de trois jours après avoir atterri à Punta Cana, en République dominicaine.

C’est au beau milieu de la nuit de mardi à mercredi qu’Air Transat leur a annoncé leur rapatriement dès 8 h mercredi matin.

Devant la menace d’Irma avant son départ pour le sud, Patrick Hanley avait pourtant communiqué dès lundi avec la compagnie aérienne pour modifier sa destination, en vain.

« Air Transat n’a pas voulu, explique Patrick Hanley en entrevue à RDI Matin avant de quitter son hôtel. On leur a dit : "gardez notre argent, mais envoyez-nous ailleurs". Ils nous ont dit qu’ils ne faisaient pas ça. »

Le transporteur aérien a maintenu leur itinéraire vers Punta Cana en assurant qu’ils seraient envoyés vers une autre destination en cas d’ouragan. Si Irma frappait à la fin de leur voyage, Air Transat offrait de ramener Patrick Hanley et sa conjointe au Canada.

« Mais on n’a rien entendu avant ce matin », déplore M. Hanley.

Stress

Mercredi après-midi, à l'aéroport de Montréal, des vacanciers de retour de Varadero, à Cuba, étaient soulagés.

« Au début de la semaine, c’était bien, mais là, on est rendus à un niveau de stress intense. Dans les derniers jours, on faisait juste regarder les nouvelles pour savoir si la tornade allait s’en venir plus tôt ou pas. Je suis vraiment content que ça a pris peu de temps », s'est réjoui l'un deux.

Une dame a raconté pour sa part que les touristes dont le retour était prévu vendredi ou samedi vivaient « beaucoup de stress ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine