Les Jeux Invictus représentent plus qu'une compétition sportive entre pays. C'est une occasion pour des centaines de femmes et d'hommes qui ont servi leur pays de se redonner une mission après avoir été blessés physiquement ou psychologiquement au combat.

Un texte de Jean-François Poudrier

Cette compétition a été créée par le prince Harry, lui-même un ancien combattant en Afghanistan. Il a eu l’idée de mettre sur pied cet évènement après avoir assisté à une compétition sportive aux États-Unis, les Warrior Games, qui réunissait d’anciens militaires américains et britanniques.

Son but, en lançant ces jeux, était d’honorer ces militaires et de leur permettre de vaincre les difficultés qu’ils peuvent vivre après avoir été blessés lors d’un déploiement ou lorsqu’ils sont aux prises avec un trouble de stress post-traumatique.

Les militaires et ex-militaires qui participent à ces jeux proviennent de 17 pays, dont la plupart font partie de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), mais aussi de la Jordanie, de l’Ukraine, de la Géorgie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie.

Les anciens soldats provenant de l’Irak et de l’Afghanistan, théâtres de plusieurs opérations militaires au cours des dernières années, participent également à la compétition.

L’ancien athlète paralympique canadien Rick Hansen, qui a perdu l’usage de ses jambes après un accident à 15 ans, croit que le sport peut grandement aider à trouver un sens à la vie.

« Les gens qui vivent un traumatisme, qu'ils soient militaires ou civils, sont souvent dévastés et ne vivent que du désespoir. Ils ne voient pas les possibilités qu’ils ont pour poursuivre leur vie malgré le handicap. Ils doivent s’entourer de modèles et de mentors pour pouvoir envisager un avenir plus positif. »

Après Londres et Orlando, Toronto

Les Jeux Invictus se déroulent à Toronto pour souligner le 150e anniversaire du Canada, mais également le centenaire de la bataille de la crête de Vimy, en France, lors de la Première Guerre mondiale, en avril 1917.

La bataille entre les troupes de l’Empire britannique et l'armée allemande a permis aux Alliés de prendre le contrôle de la crête de Vimy.

Le Canada a toutefois payé un fort prix avec plus de 10 000 morts et blessés.

Le nom de la mascotte des jeux de Toronto, Vimy, est d’ailleurs inspiré de cette importante bataille dans l’histoire canadienne.

Vimy est un chien renifleur, comme ceux utilisés par les forces armées pour détecter la présence d’explosifs ou de produits chimiques.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine