Retour

Les voitures AZUR du métro de Montréal retirées temporairement

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a tenu ce matin à rassurer les usagers du transport public, après la très longue panne survenue samedi dernier dans le métro et la décision de la Société de transport de Montréal (STM) de retirer temporairement de la circulation toutes les nouvelles voitures AZUR. Selon lui, « notre métro demeure l'un des plus fiables au monde ».

La décision de la STM de retirer les voitures AZUR a été prise à la suite de la panne de 10 heures survenue sur une partie de la ligne orange du métro montréalais samedi dernier, entre les stations Lionel-Groulx et Côte-Vertu.

La société de transport mènera une enquête cette semaine pour comprendre les causes exactes du problème, en installant des caméras sous les trains. Selon M. Coderre, des réponses devraient être apportées d’ici vendredi.

Il refuse pour le moment d'affirmer que les voitures AZUR sont défectueuses, et insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un problème de sécurité, mais plutôt d'un problème « physique » du système.

La STM veut savoir pourquoi des dommages ont été causés aux frotteurs (une pièce d'équipement) des voitures AZUR et d'un train des vieux modèles MR-73.

Samedi, l’un des trains AZUR endommagés avait causé, lors de son passage, des bris importants à des équipements de signalisation, ce qui a provoqué la panne.

Selon la STM, la clientèle a pu observer un léger ralentissement de service sur la ligne orange ce matin, mais en somme, l’absence des voitures AZUR a eu peu de conséquences, dit-elle, puisque la plupart de ces voitures ont été remplacées par des trains en entretien.

« Le métro a besoin d’investissements »

Selon Denis Coderre, le métro de la métropole québécoise subit beaucoup moins de pannes que la moyenne des autres métros partout dans le monde.

Mais bien qu’il affirme catégoriquement qu'il est fiable, avec ses plus de 900 000 usagers chaque jour, le maire admet qu'il « a besoin d’investissements ».

M. Coderre souligne qu’en quatre ans, son administration a investi 84 millions de dollars de plus dans le transport public montréalais.

Des incidents sont inévitables. […] Nous avons négligé le maintien de nos infrastructures durant des décennies. Mais des sommes colossales sont investies comme jamais auparavant.

Le maire de Montréal, Denis Coderre

Communiquer mieux avec les usagers

Par ailleurs, le maire mentionne que la STM veut améliorer sa communication avec les usagers lorsque survient une panne. « On nous a reproché d’être trop vagues. La STM y travaille et va réviser l’ensemble de ses messages », dit-il.

En entrevue à ICI RDI, le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb, a abondé dans le même sens, promettant d’insister auprès de la direction pour améliorer la communication.

« À New York, le conducteur vous parle constamment », illustre-t-il pour dire qu’à Montréal aussi « le conducteur du train peut prendre le micro pour vous dire : "mesdames et messieurs, j’attends l’autorisation de repartir de la salle de contrôle" ».

M. Schnobb convient que la STM doit communiquer autrement avec ses usagers, car les messages enregistrés ou automatiques sont « très généraux » et deviennent rapidement obsolètes.

Il a précisé que l’incident de samedi ne provenait pas des voitures AZUR, mais possiblement de la modification apportée à la voie ou au système d’aiguillage pour les accueillir sur les rails.

Pour ce qui est d’investissement massif dans l’achat d’autobus, M. Schnobb dit que la STM n’a pas les moyens d’une telle dépense, dont il doute de l’efficacité.

L’administration Coderre n’en fait pas assez, dit l’opposition

Valérie Plante, chef de Projet Montréal, s’étonne des réponses de Denis Coderre et se demande si « le maire comprend vraiment les Montréalais qui prennent le métro ».

« Avec le plan qui vient d’être discuté ce matin, est-ce que vraiment on a mis toutes les mesures en place pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’impact sur les Montréalais, les usagers de la STM, pendant qu’on va réparer les voitures AZUR? », a-t-elle questionné.

Mme Plante s’inquiète aussi des conséquences du retrait des voitures AZUR sur la fréquence et la qualité du service. « Est-ce qu’on va se retrouver encore avec des rames de métro et de quais qui sont bondés? », lance-t-elle.

Le conseiller Sylvain Ouellet a pour sa part rappelé que « parmi toutes les administrations récemment de la Ville de Montréal, c’est l’administration Coderre qui a le plus coupé en transport en commun. Dès son arrivée, ils ont coupé 25 millions de dollars dans le premier budget de la STM ».

L’élu ajoute qu’« en 2014, l’administration Coderre et Schnobb a annulé l’achat d’autobus, qui présentement auraient été très utiles pour améliorer le service, mais aussi en cas de panne. Ces 200 autobus-là, ça vient du plan 2020. Normalement, en 2017, on est supposé avoir 200 autobus de plus et ces autobus-là auraient pu servir ».

Sylvain Ouellet regrette que l’administration Coderre ait rejeté la proposition de son parti de mettre en place un plan de résilience, dont l’objectif est d’améliorer la communication avec les usagers, un investissement majeur pour l’achat de nouveaux autobus et un meilleur aiguillage pour faire en sorte qu’une panne dans une station ne paralyse pas une ligne au complet.

J’invite monsieur le maire à aller prendre le métro, aller se promener, aller rencontrer les gens, puis peut-être de vivre une panne de service une fois dans sa vie pour l’impact que ça a sur la vie des gens.

Valérie Plante, chef de Projet Montréal

Plus d'articles

Commentaires