Retour

Lessard préfère des gestes quotidiens à un grand ménage au MTQ

Le nouveau ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, ne juge pas qu'un grand ménage soit nécessaire au ministère qu'il dirige désormais. Il entend toutefois « appliquer religieusement » les recommandations de son prédécesseur Robert Poëti.

Un texte de François Cormier

Mercredi matin, Laurent Lessard a eu une rencontre avec Robert Poëti, qui avait fait état d'inquiétudes sur les plans éthique, administratif et criminel au ministère des Tranports qu'il a dirigé avant être évincé dans la foulée d'un remaniement ministériel.

Quand on lui a demandé si un grand ménage était nécessaire au ministère des Transports, le nouveau ministre a répondu : « Les grands ménages, ça paraît bien et ça se dit bien. » Et d'ajouter, pour illustrer sa pensée : « Si on fait du ménage toutes les semaines, la maison va être plus propre que de rêver au grand ménage. Quand tu rêves au grand ménage, c'est parce que tu as oublié de faire du ménage  tous les jours. »

Laurent Lessard a fait savoir que les bonnes pratiques seront mises en valeur au MTQ. « Nous allons sortir des distractions qui ne sont pas liées à la route, à la sécurité du monde et au service à la population », a-t-il indiqué, soulignant au passage le travail de Robert Poëti. « Il a eu des doutes, des préoccupations et il les a documentés. Ça valait la peine. »

Le 27 avril 2016, Robert Poëti avait fait part de ses préoccupations au ministre qui lui a succédé, Jacques Daoust. Il préconisait, entre autres, une réorganisation pour faire la lumière sur certaines inquiétudes. Il énumérait d'ailleurs une série de problèmes.

  • Les professionnels en conformité avec les processus (PCP) relèvent des directeurs territoriaux, ce qui ne leur laisse pas toute la marge de manœuvre nécessaire afin d'effectuer leurs vérifications en toute indépendance;
  • Les documents sont filtrés et modifiés avant d'être soumis au comité de vérification externe;
  • Les six firmes de génie-conseil les plus actives au MTQ possèdent un courriel du MTQ et ont accès aux locaux et aux informations du MTQ;
  • Plusieurs ex-employés sont réembauchés à titre de contractuels, de gré à gré, pour plusieurs années de suite. Dans un cas spécifique, deux contrats valides en même temps, un au nom de l'employé et l'autre au nom de son entreprise;
  • Plusieurs contrats, de nature confidentielle et protégée, ont été accordés de gré à gré, en ce qui concerne des plaintes de harcèlement, des diagnostics organisationnels, de la médiation et de l'accompagnement en gestion des ressources humaines. Ces contrats sont majoritairement d'un montant légèrement sous la limite requise pour exiger une autorisation d'un sous-ministre adjoint. Dans un cas précis, un contrat semblable a été octroyé à un ex-employé du MTQ.

« Plusieurs de ces contrats concernent le projet Turcot », avait alors précisé M. Poëti.

Plus d'articles

Commentaires