Retour

Lisée demande à Couillard de dénoncer la violence d’État en Catalogne

Le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale du Québec, Jean-François Lisée, demande au premier ministre Philippe Couillard et à son gouvernement de joindre leur voix à celle de son parti pour condamner le coup de force du gouvernement espagnol en Catalogne. Madrid tente d'empêcher la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la région en faisant arrêter des responsables du gouvernement.

« Nous ne demandons pas à M. Couillard et Mme St-Pierre d’être pour l’indépendance de la Catalogne, ça ne les regarde pas », a déclaré M. Lisée en conférence de presse à Québec, s'adressant au premier ministre et à sa ministre des Relations internationales.

« Le refus du gouvernement espagnol de laisser les démocrates catalans tenir une consultation sur leur avenir est inacceptable », a poursuivi M. Lisée. « Ailleurs dans le monde, les démocraties laissent des gouvernements régionaux tenir des consultations. Ils peuvent déclarer ensuite que la consultation est nulle et non avenue. »

M. Lisée réagissait ainsi au refus du gouvernement de M. Couillard de se prononcer sur l’arrestation de 13 représentants du gouvernement catalan et sur les 22 perquisitions de la Garde civile dans des ministères catalans, à 11 jours de la tenue du référendum sur l’autodétermination de la région, déclaré illégal et anticonstitutionnel par Madrid.

QS s'inquiète

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, abonde dans le sens de M. Lisée.

« On ne comprend pas pourquoi notre premier ministre persiste à dire : ''Je ne veux pas m’en mêler'', alors que dans les faits, le droit à l’autodétermination des peuples est un droit fondamental qui est inscrit et reconnu au niveau international », a-t-elle déclaré au cours d’une autre conférence de presse.

« Arrestations, assignations à comparaître, confiscation du matériel servant à convoquer le référendum... Je ne parle pas de la propagande, je parle de convoquer les citoyens de la Catalogne à aller voter », a-t-elle tonné. « Ça nous inquiète parce que les élus, qu’ils soient maires ou au gouvernement catalan, parlent au nom du peuple qui les a élus, a poursuivi Mme Massé.

Les admonestations de M. Lisée et de Mme Massé interviennent au lendemain de sorties mi-figue, mi-raisin des représentants des gouvernements canadiens et québécois. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, et la ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, ont refusé de commenter le coup de force du gouvernement espagnol, mardi.

M. Trudeau a soutenu, lors d’une conférence de presse tenue mardi à Ottawa, que son expérience des référendums lui avait enseigné qu'un pays étranger ne devrait pas se mêler des affaires d'un autre pays.

Tout en se disant « convaincu que le droit des peuples à l'autodétermination est important », le premier ministre canadien a indiqué qu’il n'aurait « pas de commentaires à faire sur la situation en Espagne » et les « processus internes » du pays.

Le Bloc québécois a tenté de forcer la main du premier ministre, lundi, en demandant au gouvernement de dénoncer « le régime de terreur du gouvernement espagnol ». La formation politique indépendantiste a tenté de déposer une motion qui stipulait « que la Chambre des communes demande que soient respectés le droit de vote et la démocratie de la Catalogne ».

Le dépôt de la motion lui a toutefois été refusé.

De son côté, la ministre St-Pierre a dénoncé du bout des lèvres les arrestations et les perquisitions de la Guarde civile espagnole en Catalogne. Elle a convenu, à sa sortie du caucus libéral cet après-midi, que de faire arrêter des indépendantistes catalans « n'était peut-être pas la meilleure chose à faire ».

Elle avait auparavant invoqué la même défense que M. Trudeau pour s’abstenir de commenter la situation. « Nous avons de bonnes relations avec nos amis catalans », a-t-elle déclaré dans les coulisses de l’édifice du parlement de Québec ce matin. « Cependant, pour ce qui est de la suite des choses, nous laissons le processus suivre son cours, le processus du vote et nous suivons la situation de très près. »

Le leader parlementaire du gouvernement québécois, Jean-Marc Fournier, avait quant à lui invité Madrid et la Catalogne à s'entendre. Une réaction insuffisante, selon M. Lisée, au regard des arrestations et des perquisitions menées par la Garde civile espagnole.

La voie écossaise

Le gouvernement écossais, qui a vécu un tel référendum en 2014, s’est montré moins frileux pour commenter la situation espagnole. Dirigé par les indépendantistes, le gouvernement écossais a invité Madrid à s’inspirer de l’Accord d’Édimbourg qui a permis aux Écossais de tenir leur référendum sur l’indépendance.

« Tous les peuples ont le droit de disposer d'eux-mêmes et de choisir la forme de gouvernement qui correspond le mieux à leurs besoins », a déclaré la secrétaire aux Affaires étrangères, Fiona Hyslop. Elle a également souligné qu'il s'agissait d'un principe « enchâssé dans la Charte des Nations unies ».

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, a d’ailleurs cité le cas écossais comme le modèle à suivre. « Le meilleur modèle d’entre tous c’est celui que l’Écosse et l’Angleterre ont fait ensemble, c’est-à-dire de s’entendre sur le processus et d’admettre que le résultat sera effectif », a conclu M. Lisée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine