L'ex-députée du Parti québécois (PQ) Lisette Lapointe, qui avait quitté le parti avec fracas en 2011, rentre au bercail. Elle n'a cependant pas précisé si elle se présentera aux prochaines élections.

La veuve de l’ex-premier ministre Jacques Parizeau a annoncé la nouvelle jeudi sur son compte Twitter, puis l'a officialisée vendredi avant-midi, lors d'un point de presse tenu en compagnie du chef du parti, Jean-François Lisée, et d'Harold Lebel, qui occupe notamment la fonction de porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés.

« Je suis les traces de Camil Bouchard et de Jean-Martin Aussant en joignant à nouveau les rangs du Parti québécois », a d'abord dit celle qui a été mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard de 2013 à 2017.

Elle a enchaîné en exprimant son désir de contribuer, au sein du PQ, à préparer « une proposition solide, audacieuse et intéressante pour les aînés ».

« On parle de nos aînés à l’occasion, mais on ne leur donne pas l’attention et la place qu’ils devraient avoir dans notre société », croit Mme Lapointe. Il s’agit, pour elle, d’une question fondamentale qui devrait en être une de « solidarité nationale ».

La politicienne agira donc à titre de conseillère dans le dossier des aînés. « Camil Bouchard a déjà écrit un livre intitulé Un Québec fou de ses enfants. On pourrait peut-être un jour écrire le livre Un Québec fou de ses aînés », a-t-elle lancé, avant de brandir fièrement sa nouvelle carte de membre du PQ.

Lisette Lapointe n'a cependant pas confirmé si elle serait ou non candidate dans une circonscription aux élections à l'automne. « J’ai adoré être députée, mais il y a plusieurs façons de servir et pour aujourd’hui, je m’en tiens à ce que je viens d’annoncer. Il y a des journées où j’ai des tentations de retourner à l'Assemblée nationale », a-t-elle lancé en affichant un grand sourire.

M. Lisée a par ailleurs spécifié que dans l'éventualité d'un gouvernement péquiste à la suite des élections d'octobre prochain, il ne se priverait pas « des services de qualité et de la compétence » de Mme Lapointe sur le dossier des aînés.

Départ du PQ

Lisette Lapointe avait claqué la porte du parti en 2011, avec ses collègues députés Pierre Curzi et Louise Beaudoin, en raison d’un différend entourant le projet de loi 204 qui consacrait l'entente entre Québecor Média et la Ville de Québec sur la gestion du futur amphithéâtre de Québec.

Le projet de loi 204 créait, selon Mme Lapointe et ses deux collègues, un dangereux précédent en protégeant de toute contestation judiciaire des contrats qui n’étaient pas encore rédigés.

Lisette Lapointe avait par la suite adhéré au Parti Option nationale, fondé peu de temps après par le député démissionnaire Jean-Martin Aussant, qui a lui aussi réintégré les rangs du Parti québécois au cours des derniers mois.

Devenue plus tard mairesse de la ville de Saint-Adophe-d'Howard, dans les Laurentides, Mme Lapointe s'était illustrée en menant une bataille contre Hydro-Québec pour empêcher la construction de la ligne de transport de Grand-Brûlé-Dérivation Saint-Sauveur, dont le parcours traversait sa municipalité.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards