Retour

Lutte contre la radicalisation : l'aide du public nécessaire

Les policiers de partout au Canada auront besoin de l'aide du public pour prévenir les actes de violence liés à la radicalisation de certains individus. C'est le principal constat qui émane de la 110e conférence de l'Association canadienne des chefs de police (ACCP), qui s'est déroulée lundi à Québec.

« La radicalisation, c'est un problème de la communauté » , soutient Mario Harel, chef de la police de Gatineau et vice-président de l'ACCP. « La police communautaire au Québec, on a des principes qui existent depuis plus de 15 ans, il faut revenir à ces racines-là avec nos communautés dans une nouvelle dynamique. »

Lundi, les 300 délégués qui participaient au congrès ont pu assister à une conférence d'un imam de Toronto qui a aidé la police de la Ville reine et de Hamilton dans certains dossiers. Selon Mario Harel, c'est le type de relation que les corps policiers devraient privilégier.

Le directeur du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) abonde dans le même sens. « Ce qu'on espère, c'est d'apprendre de nos collègues et de nos conférenciers externes comment mieux se préparer et comment mieux assurer la sécurité de la population », souligne Michel Desgagné.

Selon M. Desgagné, la collaboration avec le public devient particulièrement importante lorsqu'il s'agit de détecter les premiers signes de radicalisation. « Que ce soit pour nous rapporter des crimes de toutes sortes, ou pour nous rapporter des changements de comportements de certains voisins ou certains amis, c'est pour ça qu'on a besoin de la communauté. »

Le haut dirigeant du SPVQ ajoute que dans les attentats récents à Ottawa et à Saint-Jean-sur-Richelieu, il aurait pu être possible de détecter des signes avant-coureurs de radicalisation. « Vous savez, les cas récents, bien souvent on va voir les parents ou les voisins après. Ils s'aperçoivent que la personne avait changé ses habitudes de vie, avaient changé ses comportements », précise Michel Desgagné.

La conférence des chefs de police se poursuit jusqu'à mercredi. Il s'agit de l'assemblée annuelle de l'ACCP et plusieurs autres sujets seront abordés, dont le crime organisé et la cybercriminalité.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine