Retour

Madrid menace de garder la Catalogne sous tutelle

La Catalogne restera sous la tutelle de Madrid si l'indépendantiste Carles Puigdemont tente de reprendre la tête du gouvernement régional depuis Bruxelles, a prévenu lundi le premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

Le futur président de la Catalogne « doit prendre possession de son mandat, et le faire physiquement », a déclaré M. Rajoy dans un discours lundi. « On ne peut pas le faire depuis Bruxelles. »

Si M. Puigdemont tente de récupérer son poste à partir de Bruxelles, a-t-il poursuivi, « l'article 155 restera en vigueur ». Il est par contre déjà établi que s'il décidait de rentrer, il serait arrêté pour répondre aux accusations de sédition et de rébellion portées contre lui par la justice espagnole.

Si M. Puigdemont tentait d'assister à un débat d'investiture depuis Bruxelles, « le gouvernement contesterait immédiatement cette décision absurde », a encore dit M. Rajoy.

Le controversé article 155 est celui qui a permis à Madrid de suspendre l’autonomie de la Catalogne à la fin du mois d’octobre. Il a été invoqué après que M. Puigdemont eut déclaré l’indépendance de la région au terme d’un référendum tenu quelques jours plus tôt.

Le gouvernement espagnol avait du même coup décidé de dissoudre le Parlement régional, de destituer le président Puigdemont et de déclencher des élections anticipées, tenues tout juste avant Noël.

Poursuivi pour sédition et rébellion, M. Puigdemont s’est ensuite exilé en Belgique, d’où il a fait campagne. Il s’y trouve toujours.

Contre toute attente, sa nouvelle coalition, Junts Per Catalunya, a finalement récolté 34 des 135 sièges au Parlement, tout juste derrière le parti unioniste Ciudadanos, qui a fait élire 37 députés.

Les autres partis indépendantistes, Esquerra Republicana de Catalunya et Candidatura d’Unitat Popular, ont pour leur part récolté 32 et 4 sièges respectivement, conférant du coup aux indépendantistes une majorité absolue de 70 sièges au Parlement.

La semaine dernière, Junts per Catalunya et la Gauche républicaine de Catalogne ont conclu une entente pour que M. Puigdemont reprenne la tête de l'exécutif régional, même si ce dernier demeure exilé en Belgique.

Selon la Gauche républicaine, cette entente, qui impliquerait une investiture de M. Puigdemont faite par vidéoconférence, est cependant conditionnelle à l'approbation des juristes du Parlement catalan.

La nouvelle législature doit normalement tenir sa session inaugurale le 17 janvier et les députés doivent commencer leurs débats en vue de l'investiture du futur président dans les jours qui suivront.

Plus d'articles